Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

La PPE ignore l’hydrolien ? Hydroquest inaugure la première ferme fluviale au monde

Aurélie Barbaux , ,

Publié le

Bonne nouvelle Hydroquest inaugure le 21 décembre 2018 une ferme de quatre hydroliennes fluviales qui produiront annuellement 1 gigawattheure d’électricité, soit l’équivalent de la consommation énergétique de 400 foyers. Une première mondiale.

La PPE ignore l’hydrolien ? Hydroquest inaugure la première ferme fluviale au monde
Hydroquest a installé la première ferme d'hydrolienne fluviale dans le Rhône.
© Hydroquest

C’est une première mondiale. Ce 21 décembre 2021 est inaugurée la première ferme fluviale au monde. À l’automne 2018, Hydroquest, avec Hydrowatt et Voies navigables de France, a en effet immergé au niveau du Parc Saint Clair, Caluire et Cuire dans le Rhône quatre hydroliennes fluviales qui produiront annuellement 1 gigawattheure d’électricité, soit l’équivalent de la consommation énergétique de 400 foyers et éviteront 300 tonnes de CO2 par an. Un parc de 39 hydroliennes sera installé courant 2019, en partenariat avec CNR, au niveau de Grenoble (Isère). Elles sont produites à Cherbourg (Manche) par les Constructions mécaniques de Normandie (CMN), qui dispose de 30 % du capital d’Hydroquest.  

Dotée d’un portefeuille de neuf brevets internationaux développés en partenariat avec EDF et Grenoble INP, la société, créée en 2010 à Meylan (Isère), développe également une hydrolienne marine d’une puissance de 1 mégawatt, qui sera testée sur le site de Bréhat (Côtes-d’Armor) en avril 2019. "Nous sommes les seuls acteurs internationaux à travailler à la fois sur les hydroliennes marines et fluviales, mais avec des feuilles de route bien distinctes", explique Jean-François Simon, son président. Si l’hydrolien marin est en phase industrielle, pour l’énergie marine, il faudra être plus patient.

A l'aise en rivière comme en mer

Hydroquest n’est pas seul. Il existe une filière française de l’hydrolien pouvant jouer un rôle de premier plan sur le marché international, rappelle le Syndicat des énergies renouvelables. Mais pour ne pas revivre le destin de nombre de filières technologiques en France, la filière ne demande pas d’argent, mais de la visibilité. "Pour conserver leur précieuse avance technologique et industrielle, les acteurs du secteur de l’hydrolien demandent au Gouvernement de confirmer son soutien à la filière, notamment en lui donnant dès maintenant des perspectives de développement en France à moyen terme, en mer comme dans les fleuves", précise Jean-Louis Bal, président du syndicat des énergies renouvelables (SER) dans un communiqué.

Pour mémoire, l’énergie hydrolienne exploite la force des courants, marins ou fluviaux, en convertissant, à l’aide d’une turbine immergée dans l’eau, l’énergie cinétique du courant en électricité, ensuite exportée à terre pour être consommée, rappelle le SER. L’énergie hydrolienne, en plus d’être renouvelable et abondante, offre également une production électrique extrêmement prédictible. Après l’installation des turbines, les coûts d’exploitation et de main-d’œuvre sont faibles.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle