Alliance PSA / GM : les premières conséquences seront sociales

A l’occasion du comité de groupe européen de ce 23 mars, PSA a lié son plan d’économies d’un milliard d’euros à l’alliance signée avec GM fin février.

Partager
Alliance PSA / GM : les premières conséquences seront sociales

Le groupe est revenu sur l’Alliance conclue fin février avec GM. PSA annonce donc le lancement de cinq groupes de travail dans ce cadre. Deux groupes seront spécialisés sur la faisabilité de développements sur des plateformes communes pour le segment des grandes berlines et celui des petits véhicules volumiques. Un autre groupe s’occupera du programme de petites voitures pour les marchés émergents, avec une première application potentielle en Amérique Latine. Un programme de co-développement doit aussi être mis en place pour une plateforme pour les petites voitures à basse émission. Reste enfin un groupe de travail qui devra s’occuper du programme de la boîte de vitesses DCT suspendu dans le cadre du plan d’économies 2012.

"Les premières conséquences seront sociales. Des projets gelés vont être abandonnés, cela aura une conséquence sur l’emploi, souligne un représentant CGT. La boite DCT devait générer jusqu’à 800 emplois à Valenciennes. Ce projet est reconsidéré au niveau de l’Alliance, il va être abandonné et PSA achètera une boite à General Motors".

Pour les représentants syndicats, la même menace plane sur le segment B. La R&D sera réalisée en commun avec GM sur les petits modèles. Les syndicalistes craignent des conséquences pour les ingénieurs qui travaillent sur ces projets. "Philippe Varin nous l’a dit, au départ ce sera dur pour la R&D, rapporte un représentant CFDT. La première phase sera difficile. PSA va travailler sur certains segments, GM sur d’autres. Des salariés de PSA vont devoir changer d’affectation, avec des vases communicants selon les secteurs dont le groupe s’occupe ou ne s’occupe pas".

Gagnants et perdants

Lors de ce comité de groupe, les syndicats ont enfin insisté sur l’emploi. Dans une déclaration commune, ils ont demandé que l’Alliance avec General Motors maintienne et développe les emplois en Europe, mais n’ont pas obtenu de réponse quand à l’avenir des sites menacés de Sevelnord (Nord) et d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

PSA a simplement confirmé qu’il cherchait un partenaire. Le groupe veut clarifier au préalable les conditions de sortie de Fiat et continue à travailler sur la compétitivité du site. Il prolonge aussi la suspension d’un projet de véhicule du segment C prévu sur le site de Madrid. "Lors de ce comité, nous avions demandé que la direction nous présente l’Alliance car nous n’avions pas été consultés" explique un membre de la CFE-CGC chez PSA.

Mais de nombreuses questions restent encore en suspens. "Nous avons par exemple la question des conséquences de l’Alliance sur la R&D. La direction nous a donné son point de vue et son évaluation. Nous avons demandé une expertise sur les conséquences économiques et sociales de l’Alliance sur PSA", ajoute Anne Valleron. Du côté de la CFDT, on résume déjà les conséquences de l’Alliance. "Il y aura des conséquences positives, d’autres moins, souligne un représentant de la CFDT. General Motors, Gefco et la Banque PSA en tireront partie. Les perdants se trouvent clairement dans la division automobile de PSA".

Le comité de groupe européen a fixé un calendrier pour décliner concrètement l’accord-cadre de l’Alliance PSA-GM. Fin avril doit être signé un accord sur la logistique, fin juin celui sur la coentreprise sur les achats doit être finalisé. Fin octobre enfin, l’ensemble des autres points seront conclus, dont les projets industriels. La prochaine étape des discussions sur l’Alliance se déroulera le 5 avril, lors d’un comité d’entreprise exceptionnel.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Auto et Mobilités

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 03/10/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS