[Muses industrielles] "Fukushima le couvercle du soleil" filme la gestion politique d'une crise nucléaire

Huit ans après la catastrophe nucléaire, le film japonais  "Fukushima, le couvercle du soleil" de Futoshi Sato interroge la gestion politique de cette crise.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Muses industrielles]

Traumatisé, le Japon n’a sûrement pas fini de l’être. Le 11 mars 2011, le pays est secoué par un séisme, suivi d’un tsunami et de la triple catastrophe nucléaire de Fukushima, avec trois des quatre réacteurs qui explosent. Le pire est malgré tout évité, les combustibles usés stockés dans la piscine de refroidissement du réacteur 4, à l’arrêt au moment du séisme, n’entreront pas en fusion. Et si quelque 32 millions de Japonais ont été exposés à des retombées d'iode 131, la catastrophe n’aurait pour le moment officiellement fait qu’un seul mort, un homme d’une cinquantaine d'années ayant participé aux travaux d’urgence entre mars et décembre 2011 qui a développé un cancer du poumon. Le chiffre de 1 700 morts par cancer directement liés à la catastrophe est néanmoins évoqué.

Dans la résidence du Premier ministre

Mais ce n’est pas le sujet du film de Futoshi Sato, "Fukushima le couvercle du soleil", sorti en salle en France le 6 mars 2019. Le réalisateur s’est intéressé à la gestion de la crise par le Premier ministre. Cette fiction inspirée de faits réels s’infiltre à l’intérieur de la résidence du chef de l'exécutif japonais, pour fait vivre en temps réel les cinq premiers jours de la catastrophe. Pour faire bonne mesure, le film suit aussi en parallèle, mais sans profondeur, le quotidien d’une famille de Fukushima, dont le fils travaille à la centrale, et qui sera évacué par deux fois de la zone contaminée. Il invite aussi à suivre les angoisses des Tokyoïtes via la réaction de la femme d’un des journalistes politiques qui suit l’affaire de l’intérieur et sert de personnage principal au film.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Une transposition difficile

Bon mémo du déroulé de la catastrophe et de la gestion aberrante de la crise par l’exploitant de la centrale, Tepco, notamment par la rétention d’informations vis-à-vis des responsables politiques, le film laisse malgré tout perplexe. On ne sait pas si la horde de conseillers du Premier ministre, qui semblent sur-réagir (voir surjouer) durant 1h30 à l’écran, ont fait au mieux ou ont failli. En revanche le film oblige à s’interroger, non pas sur la sûreté de nos centrales nucléaires qui a été encore renforcée suite à Fukushima, mais sur la capacité de nos politiques à gérer un accident nucléaire grave dont le déroulement n’aura forcément jamais pu être anticipé. C’est tout le sujet du film. Mais il faut peut-être une meilleure connaissance de la culture japonaise que celle de l'auteur de ces lignes pour en apprécier le traitement par Futoshi Sato.

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS