Allemagne: La fin du moteur thermique menacerait 600.000 emplois

BERLIN (Reuters) - Une éventuelle interdiction des moteurs à combustion en Allemagne d'ici 2030 menacerait plus de 600.000 emplois dans le pays, selon une étude de l'institut Ifo publiée jeudi.
Partager
Allemagne: La fin du moteur thermique menacerait 600.000 emplois
Une éventuelle interdiction des moteurs à combustion en Allemagne d'ici 2030 menacerait plus de 600.000 emplois dans le pays, selon une étude de l'institut Ifo publiée jeudi. /Photo d'archives/REUTERS/Neil Hall

Le passage à zéro émission menacerait directement 426.000 emplois chez les constructeurs automobiles, et le reste dans les secteurs associés comme chez les équipementiers et sous-traitants, a précisé l'Ifo dans une étude pour le compte de la fédération automobile VDA.

La VDA, qui représente des constructeurs comme Volkswagen, Daimler et BMW, est en négociations avec le gouvernement sur un projet de réduction des émissions des moteurs diesel. La profession espère pouvoir ainsi échapper à une interdiction totale des moteurs diesel comme envisagée par plusieurs grandes villes allemandes, dont Munich et Stuttgart.

Le pollution générée par les moteurs diesel est devenue un sujet sensible depuis le scandale de trucage des tests d'émissions des diesel de VW, qui a éclaté en septembre 2015.

Des représentants des gouvernements de l'Etat fédéral allemand et des Länder doivent rencontrer des responsables des constructeurs automobiles le 2 août pour tenter de trouver des solutions en vue de réduire la pollution des moteurs diesels, accusée de favoriser des maladies respiratoires.

"Les industriels mettent délibérément en avant le scénario du pire pour défendre leurs intérêts", déplore Frank Schwope, analyste chez NordLB, en jugeant "incompréhensibles" les chiffres avancés par l'Ifo.

Pour deux ou trois emplois perdus avec la disparition des moteurs thermiques, un emploi sera créé dans la recherche et développement, l'informatique et les autres domaines d'activité liés aux technologies de zéro émission, fait-il valoir.

Barbara Hendricks, la ministre allemande de l'Environnement, a affirmé dans l'édition de mardi du journal Handelsblatt que "la responsabilité de ne pas en arriver là (à l'interdiction totale) revenait à l'industrie automobile."

(Andreas Cremer, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS