Alitalia: Lufthansa offre 250 millions d'euros pour la flotte, 6.000 salariés

FRANCFORT (Reuters) - Lufthansa a proposé 250 millions d'euros pour reprendre l'essentiel de la flotte d'Alitalia et la moitié de ses effectifs, soit 6.000 salariés, apprend-on mardi de sources proches du dossier.
Partager
Alitalia: Lufthansa offre 250 millions d'euros pour la flotte, 6.000 salariés
Lufthansa a proposé 250 millions d'euros pour reprendre l'essentiel de la flotte d'Alitalia et la moitié de ses effectifs, soit 6.000 salariés. /Photo d'archives/REUTERS/Michaela Rehle

Alitalia, qui n'a pas souvent dégagé de profit pendant ses 70 ans d'existence, a été placée sous tutelle cette année après le rejet par ses salariés d'un plan de réduction des effectifs.

Lufthansa figure parmi les sept candidats ayant présenté une offre ferme pour tout ou partie de la compagnie italienne avant la date-butoir du 16 octobre.

Des délégués du transporteur allemand, y compris le patron de la compagnie italienne Air Dolomiti, doivent rencontrer jeudi les trois commissaires chargés de gérer Alitalia pour discuter de cette proposition de rachat partiel, rapportent deux sources.

L'une d'entre elles a dit que ce n'était pas la première réunion concernant le projet de Lufthansa et qu'elle n'était pas susceptible de déboucher sur des avancées importantes.

Selon la première source, Lufthansa propose de conserver 90 à 100 avions d'Alitalia, sur une flotte qui en compte 123.

Le transporteur allemand n'est pas intéressé par les services au sol d'Alitalia et ne reprendra qu'une version allégée de la compagnie aérienne italienne, ajoute-t-on, ce qui confirme les informations du journal italien Il Messaggero.

L'offre prévoit aussi la reprise de 6.000 employés d'Alitalia sur un effectif total de 12.000 actuellement.

La proposition initiale de 250 millions d'euros en numéraire pourrait être doublée en fonction des accords passés avec le gouvernement et les fournisseurs, rapporte Il Messaggero. De nouveaux investissements pourraient être réalisés dans l'avenir et certains anciens salariés pourraient être réembauchés une fois la compagnie restructurée, note le journal.

Un porte-parole d'Alitalia a refusé de commenter. Un porte-parole de Lufthansa a réaffirmé que la compagnie n'était intéressée que par une "nouvelle Alitalia" restructurée.

Rome a écarté l'idée d'une renationalisation d'Alitalia mais le sort de la compagnie est sensible sur le plan politique et les analystes du secteur prédisent déjà qu'aucun accord ne sera signé de sitôt, surtout à l'approche des élections de mai.

En dehors Lufthansa, easyJet a également présenté une offre pour "certain actifs d'une Alitalia restructurée?".

Les postulants ont jusqu'au 30 avril pour améliorer leur offre.

Le fonds Cerberus a lui aussi manifesté son intérêt pour Alitalia, mais en dehors de la procédure officielle de vente, a dit un porte-parole à Il Sole 24 Ore, qui ajoute que le fonds veut prendre le contrôle d'Alitalia, qui resterait italienne.

(Ilona Wissenbach, avec Agnieszka Flak à Milan, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS