Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Alibaba ouvre deux datacenters au Royaume-Uni pour accélérer son cloud public en Europe

Ridha Loukil , , , ,

Publié le

Alibaba Cloud ouvre un site à deux datacenters au Royaume-Uni, son deuxième en Europe après celui en Allemagne. Objectif : accélérer son offensive dans le cloud public d’infrastructure contre les deux leaders mondiaux du marché, les américains Amazon Web Services et Microsoft Azure.

Alibaba ouvre deux datacenters au Royaume-Uni pour accélérer son cloud public en Europe © Ian Fogg - Flickr - CC

Alibaba Cloud, le bras armé du géant chinois de l’e-commerce dans le cloud d’infrastructure, vient d'ouvrir une "région" à deux datacenters à Londres, au Royaume-Uni, en partenariat avec l’opérateur télécoms BT. C’est sa deuxième en Europe après celle ouverte en novembre 2016 à Francfort, en Allemagne, en partenariat avec l’opérateur télécoms Vodafone. Et l’extension de l’infrastructure devrait se poursuivre sur le Vieux Continent. Le montant de l'investissement n'est pas dévoilé.

52 datacenters dans le monde

"L’ouverture d’autres régions est à l’étude, confiait à L’Usine Nouvelle Yeming Wang, le patron d’Alibaba Cloud en Europe lors de son

passage par Paris. Plusieurs pays sont envisagés, dont la France et la Suède. Mais rien n’est décidé à ce stade. Techniquement, nous pouvons desservir toute l’Europe à partir de nos deux datacenters à Francfort avec des temps de latence tout à fait acceptables. Mais nous avons choisi d’étendre notre infrastructure pour répondre à la demande de proximité des données de clients dans la finance ou le secteur public.»

Alibaba a démarré l’aventure du cloud en Chine en 2009 pour les besoins des entités du groupe avant l’ouverture en 2011 de ses services à des clients extérieurs. " En Chine, nous sommes aujourd’hui numéro un avec 48% du marché, loin devant Tencent, numéro deux avec 9%", revendique Yeming Wang. Depuis 2014, le groupe est à la conquête de l’international avec aujourd’hui 19 régions et 52 datacenters répartis dans douze pays.

L’Europe constitue une cible privilégiée. "Elle représente 20% du marché mondial du cloud public d’infrastructure, contre 60% pour les Etats-Unis, estime Yeming Wang. Elle nous offre un potentiel de développement important avec une croissance de 20 à 30% par an. Aujourd’hui, le marché est dominé par Amazon Web Services et Microsoft Azure. Nous pensons offrir une alternative à ces deux fournisseurs américains, avec l’ambition de nous hisser rapidement dans le Top 3."

Alibaba Cloud double son chiffre d'affaires tous les ans

Au niveau mondial, Alibaba Cloud reste loin, très loin derrière le leader américain avec, selon Gartner, un chiffre d’affaires en 2017 trois fois plus petit que Microsoft Azure et douze fois plus petit qu’Amazon Web Services sur le segment du cloud public d’infrastructure au sens strict (IaaS pour Infrastructure as a service). "Mais nous avons dépassé Google et nous doublons tous les ans notre chiffre d’affaires", se targue Yeming Wang.

Le groupe chinois revendique plusieurs milliers de clients en Europe et une trentaine en France, dont Bolloré et Schneider Electric. "Nous avons choisi d’aborder le marché par secteur d’activité : la finance au Royaume-Uni, l’industrie en Allemagne, la distribution en France, etc., explique Yeming Wang. Au-delà de la fourniture de nos services de cloud computing, nous proposons d’être un partenaire aidant nos clients dans leur développement business en Chine et en Asie. C’est une grande différence par rapport à nos concurrents américains."

Dans sa conquête de l’Europe, Alibaba Cloud se frotte non seulement à Amazon Web Services et Microsoft Azure, mais aussi à trois autres acteurs américains à l’appétit d’ogre : Google Cloud, IBM et Oracle. Il se confronte également à une myriade de fournisseurs locaux comme T-Systems en Allemagne, Interoute au Royaume-Uni, Aruba en Italie ou encore OVH en France. Avec son nouveau plan stratégique "Smart Cloud", ce champion français se veut une alternative aux géants américains et chinois avec quatre maîtres mots : l’ouverture, la réversibilité des données, la prédictibilité des prix et le respect de la vie privée.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle