Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Algérie : le site gazier hyper sensible d’In Anemas aux mains des terroristes

Ludovic Dupin , ,

Publié le , mis à jour le 17/01/2013 À 15H54

[ACTUALISÉ] - Le champ pétrolier algérien d'In Anemas fournit 12 % de la production de gaz en Algérie. Il est pourtant tombé en quelques minutes aux mains des assaillants. 150 salariés algériens du français CIS Catering (spécialiste des bases de vie) et une quarantaine de ressortissants occidentaux sont actuellement retenus en otage, et plusieurs dizaines d'otages ont vraisemblablement été tués lors d'une attaque de l'armée algérienne sur un convoi des terroristes.

Algérie : le site gazier hyper sensible d’In Anemas aux mains des terroristes © D.R.

ACTUALISATION : Peu avant 16 heures, sept otages, dont deux Américains, étaient toujours en vie, a annoncé un porte-parole du groupe terroriste à l'agence l'agence mauritanienne Nouakchott information (ANI). "Trois Belges, deux Américains, un Japonais et un Britannique ont survécu au raid des avions algériens contre leur lieu de détention", a déclaré le porte-parole, qui a appelé les responsables du complexe pétrolier à "secourir les otages blessés".

Un peu plus tôt et toujours selon les ravisseurs, 34 otages et 15 ravisseurs auraient en effet été tués par l'armée algérienne lors d'une opération en cours confirmée par le Royaume-Uni à l'AFP. Un porte-parole islamiste cité par l'agence mauritanienne en ligne Nouakchott information (ANI) a affirmé qu'il parlait bien du site gazier algérien d’In Anemas, et a rapporté que les ravisseurs essayaient "de transporter une partie des otages vers un lieu plus sûr à bord de véhicules" quand l'armée algérienne est intervenue par voie aérienne, "tuant en même temps otages et ravisseurs".

 

Depuis le 16 janvier, des djihadistes se sont emparés du site de production de gaz algérien d’In Anemas dans l’est du pays. 150 salariés algériens du français CIS Catering (spécialiste des bases de vie) et une quarantaine de ressortissants occidentaux sont actuellement retenus en otage. Les assaillants se sont d’abord attaqués à un bus de transports de salariés, avant de se retrancher dans la base de vie du site, désormais encerclée par l’armée algérienne.

Le champ gazier d’In Anemas dans le bassin d’Illizi, opéré par BP, le norvégien Statoil et le pétrolier national algérien Sonatrach, est un site précieux pour l’Algérie. Il fournit 9 milliards de mètres cubes de gaz par an, soit 12 % de la production de gaz algérien. Il est situé dans la zone d’influence d’Aqmi. Une preuve de l’importance de cette zone de production pour le pays, Sonatrach n’a pas fermé le gazoduc qui conduit le gaz. En menaçant les sites pétroliers, les djihadistes touchent le poumon économique de l’Algérie. Les hydrocarbures sont la seule richesse du plus grand pays du Maghreb qui est aujourd’hui le huitième producteur de gaz naturel dans le monde. L’Algérie fournit 11 % des besoins de gaz de l’Union européenne.

Comment un site aussi précieux pour l’Algérie a pu tomber aux mains des terroristes en quelques minutes ? Une attaque sur un tel lieu n’était pas forcément attendue. Le PDG de CIS Catering, Régis Arnoux, expliquait sur Europe 1 que "cela fait plus de dix ans qu'on opère dans ce pays. Ce genre d'incident n'est intervenu à aucun moment. C'est une zone extrêmement bien protégée de l'Algérie". Un argument fort dans la bouche d’un homme qui opère des bases de vie dans toutes les zones sensibles du monde, en particulier au Moyen-Orient.

Statoil vient d’annoncer un renforcement de la sécurité sur ses autres sites algériens, par la voix de son directeur général, Helge Lund. Si aucun détail n’est donné sur ces mesures, la défense armée n’est pas assurée par les exploitants ou les responsables de bases de vie sur les sites pétroliers algériens, de même que pour dans les mines d’uranium d’Areva au Niger. Leur personnel de sécurité, sous-traitants ou non, n’est pas armé. Les seules personnes autorisées à porter des armes sont les forces de l’ordre du pays. Dans le cas de l’Algérie, ce sont des militaires.

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle