Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Alcoa et Rio Tinto vont produire de l’aluminium zéro émission carbone

Myrtille Delamarche , , ,

Publié le

Le géant minier Rio Tinto et le métallurgiste Alcoa ont dévoilé le 10 mai à Chicoutimi (Québec) un projet de collaboration, qui inclut aussi Apple, pour produire de l’aluminium primaire sans émettre aucun gaz à effet de serre.

Alcoa et Rio Tinto vont produire de l’aluminium zéro émission carbone © © Norsk Hydro ASA 2015

Elysis est une coentreprise entre le poids-lourd américain de l’aluminium Alcoa et le géant minier anglo-australien Rio Tinto, qui a annoncé le 10 mai pouvoir produire de l’aluminium "vert" à compter de 2024 dans une usine québécoise. Le procédé dévoilé permet de réduire à zéro les émissions de dioxyde de carbone durant la phase de réduction de l’alumine en aluminium par électrolyse. Pour cela, ils ont remplacé par une céramique le carbone de l’électrode du four, qui émettait du CO2 en se dégradant et en se combinant à l’oxygène. Le seul gaz émis par cette nouvelle installation sera de l’oxygène pur.

Réduction des émissions et des coûts

Autre bonne nouvelle pour les aluminiers, ces nouvelles électrodes mettraient plusieurs années à se dégrader (contre quelques semaines pour les électrodes en carbone). Les coûts de production seraient diminués de 15% et la productivité augmentée d’autant. Pour le premier ministre canadien Justin Trudeau, "il s’agit de l’innovation la plus importante dans l’industrie de l’aluminium depuis plus de 100 ans."

L’investissement de 558 millions de dollars sera abondé par Alcoa et Rio Tinto, mais également, sur la première phase de 188 millions, par Apple (13 millions), qui lorgne cet aluminium écologique, et les gouvernements canadien (60 millions) et québécois (60 millions dont 40 remboursables). Les partenaires espèrent non seulement produire de l’aluminium "vert" dans leurs propres installations, mais également vendre les électrodes et le procédé sous licence.

Reste la question de l’énergie utilisée

Selon eux, la généralisation de ce procédé à l’ensemble des capacités canadiennes de production d’aluminium équivaudrait à retirer 1,8 million de véhicules légers des routes du pays. Les bénéfices éventuels d’une conversion de l’ensemble des capacités mondiales sont plus difficiles à évaluer, car le "zéro carbone" du procédé québécois est aussi lié à son recours à l’hydroélectricité, quand nombre d’usines d’aluminium ont ailleurs recours aux énergies fossiles. Et les fours restent très énergivores.

Réagir à cet article

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle