Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Akka présente le covoiturage du futur

, , ,

Publié le

Made in France L’ingénieriste lyonnais Akka Technologies a dévoilé le véhicule Link&Go, un concept-car électrique autonome destiné à circuler dans les grandes agglomérations.

Akka présente le covoiturage du futur © Akka

Lauréat de l’appel à projet Véhicule urbain du futur lancé par le Conseil Général des Yvelines, le groupe Akka a développé un démonstrateur de véhicule électrique bi-mode pouvant se conduire et se garer avec ou sans conducteur. Long de 3,6 m et doté d’une autonomie de 200 km, il préfigure un nouveau mode de mobilité communicant, décarboné et convivial. La connectivité embarquée doit permettre de brancher la voiture sur les réseaux sociaux, afin de favoriser le covoiturage. Grâce au poste de conduite modulaire, lorsque le véhicule est en mode autonome, l’habitacle se transforme en configuration salon où l’on peut surfer sur le web, travailler ou regarder la télévision.

14 mois de développement

Link&Go a été développé en collaboration avec l’Inria, pour les automatismes et la connexion à la borne de recharge. Deux PME, Controlsys Engineering et DBT, ont, elles, planché sur le système de batteries. La voiture bénéficie aussi de technologies novatrices : elle embarque lasers, caméras vidéo et centrale inertielle pour assurer la localisation, le guidage sur parcours dédiés, la détection d’obstacles et le garage autonome

La recharge de la batterie sera réalisée à l’aide d’un bras automatique et sécurisé. "La direction électrique est intégrée dans les systèmes de suspension avant afin de favoriser la maniabilité", souligne Luc Barthélemy, chef de projet. Les liaisons mécaniques sont abandonnées au profit d’un poste de conduite entièrement électrique (drive-by-wire). La propulsion est assurée par un moteur variateur sur chaque roue arrière. L’architecture électrique a été développée en 48 volts. Tableau de bord numérique et IHM tactile et gestuelle régissent la vie à bord.

Le centre de recherche d’Akka a mobilisé une équipe transversale de près de 200 personnes. Sur 14 mois, le travail a occupé une quarantaine de collaborateurs en équivalent temps plein. Le coût du projet avoisine les 5 millions d’euros, financé à hauteur de 1,3 million par le Conseil Général des Yvelines, précise Akka.

Sur les routes pas avant 15 ans ? 

Le principe du covoiturage restreint à un cercle de connaissances connectées va-t-il connaitre un fort développement ? Sachant que les allergiques aux transports en commun embarquent actuellement en moyenne 1,2 personne par voiture, ce n’est sans doute pas pour demain. "Le concept est développé pour une vision à 15 ou 20 ans", reconnait Luc Barthélemy. Le projet sert donc surtout de vitrine du savoir-faire de l’ingénieriste. Certaines technologies pouvant peut-être séduire les grands donneurs d’ordres pour leurs propres modèles.

Le groupe lyonnais dirigé par Maurice Ricci emploie aujourd’hui 11 000 personnes (500 ingénieurs et experts dédiés dans son centre de recherche). Il a enregistré en 2012 un chiffre d’affaires de 827 millions d’euros, en augmentation de près de 75%. Cette forte hausse tient à la consolidation dans les comptes de MBTech depuis le 1er avril. Akka a acquis en 2012 la majorité de l’ingénieriste allemand, spécialiste de l’aéronautique et de l’automobile, lors d’un accord avec Daimler, sa maison mère. 

Didier Ragu

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle