Akka prend de l'ampleur

Le groupe français d'ingénierie et de conseil en technologie affiche en 2011 +18,4% de croissance de son chiffre d'affaires, à 474 millions d'euros. Ses récentes acquisitions lui permettent maintenant de jouer dans la cour des grands.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Akka prend de l'ampleur

L'entreprise familiale d'origine lyonnaise poursuit son expansion. Entre 2005 et 2010, elle a plus que triplé son chiffre d'affaires. Aujourd'hui, elle affiche une croissance organique de 12% pour 2011 et met en même temps un coup d'accélérateur à l'international avec la prise de contrôle de MBtech, une filiale du géant allemand Daimler.

"L'Allemagne est l'un des plus gros marchés pour l'ingénierie avec la France. Akka y dispose d'une structure dédiée à l'aéronautique et à l'automobile développée depuis quelques années, avec un effectif de 200 personnes environ. Mais le développement d'une telle structure est très lent", souligne Stéphane Descos, directeur général international.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

L'échelle est sans commune mesure avec l'acquisition d'un groupe tel que MBtech. Celui-ci travaille, en dehors de sa maison mère, avec de grands groupes automobiles (Audi, BMW, Porsche…) notamment sur les groupes motopropulseurs, l'électronique embarquée et les technologies hybrides. Comptant 3500 collaborateurs, l'entreprise lui permet d'atteindre une taille critique sur le marché européen.

L'allemand conserve 35% du capital et garantit la pérennité du plan de charge sur 5 ans. En plus d'une forte implantation sur le marché allemand, MBtech apporte également des ouvertures vers d'autres pays, puisqu'il dispose de filiales aux États-Unis, au Canada et en Chine.

De nouvelles expertises pointues

Le groupe est en revanche peu présent dans les émergents. Il ne dispose que d'une filiale en Inde de quelques dizaines de personnes. "Le marché sur place n'existe pas pour le moment, l'ingénierie est réalisée en interne par les grands industriels comme le constructeur automobile Tata ou Hal pour l'aéronautique", justifie Stéphane Descos.

La Russie semble plus prometteuse. Une filiale d'Akka y est actuellement en phase de création.

En attendant, si les Autorités de la Concurrence approuvent l'opération outre-Rhin, vraisemblablement à la fin du 1er trimestre 2012, Akka changera de toute façon de dimension, avec un effectif de 10 000 ingénieurs.

Son chiffre d'affaires pourrait passer le cap des 900 millions d'euros, dont 50 % réalisés hors de France. Surtout, le groupe compte diversifier sa clientèle dans l'un de ses cœurs de métiers, le secteur automobile, tout en développant de nouvelles expertises pointues.

Une évolution somme toute normale, pour cette entreprise dirigée par un patron atypique, qui n'est pas issu d'une grande école de commerce, mais est ingénieur automobile de formation.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS