Airbus suspend des livraisons d'A320neo après un nouveau problème de moteur

Airbus a suspendu la livraison de certains appareils de sa gamme A320neo motorisés par Pratt & Whitney et a interrompu des essais en vol de pré-livraison à la suite d'un problème décelé sur des moteurs du groupe américain et d'une directive de l'Agence européen de la sécurité aérienne (EASA).

Partager

Airbus suspend des livraisons d'A320neo après un nouveau problème de moteur
Airbus a suspendu la livraison de certains appareils de sa gamme A320neo motorisés par Pratt & Whitney et a interrompu des essais en vol de pré-livraison à la suite d'un problème décelé sur des moteurs du groupe américain.

A la suite d'un problème décelé sur des moteurs Pratt&Whitney utilisés sur certains appareils de la gamme A320neo, Airbus a suspendu la livraison et interrompu des essais en vol de pré-livraison de certains de ses A320neo. Airbus a signalé le problème aux compagnies aériennes et aux sociétés de leasing concernées et leur a dit qu'il n'était pas encore en mesure de déterminer combien de temps il faudrait pour régler la question, a précisé une des sources qui a requis l'anonymat.

Une autre source a déclaré que ces livraisons n'avaient plus lieu mais qu'elles n'avaient pas formellement été interrompues. Un porte-parole d'Airbus a indiqué que le groupe européen d'aéronautique était "en discussion avec ses clients au sujet des calendriers de livraisons" sur la base du cas par cas.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Ce contretemps intervient quelques semaines après qu'Airbus a fait état d'une amélioration des ennuis de livraison de la part de Pratt & Whitney (filiale du groupe United Technologies) du fait d'une série de problèmes dans la fabrication.

Des restrictions de l'EASA

L'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) a publié vendredi 9 février une directive d'urgence imposant des restrictions à l'utilisation de plusieurs appareils de la famille A320neo récemment livrés. Le problème concerne des moteurs qui ont tous le même numéro de série. Il a été détecté au niveau du moyeu arrière du rotor du compresseur haute pression de ces turboréacteurs, des turbosoufflantes à engrenages ('Geared Turbofan', GTF). Une des sources a indiqué que le problème avait été détecté il y a 10 jours.

Ne sont pas affectés les avions équipés de moteurs fournis par CFM International - coentreprise entre General Electric et Safran -, l'autre motoriste des A320neo, les avions les plus vendus d'Airbus.

Quinze à vingt avions cloués au sol

Les restrictions concernent les appareils équipés de deux moteurs provenant de cette série de fabrication, ce qui a pour conséquence de clouer ces avions au sol. La compagnie indienne IndiGo (propriété d'InterGlobe Aviation) a ainsi fait savoir que trois appareils de sa flotte restaient au sol. Le régulateur indien de l'aviation civile a indiqué que la compagnie concurrente GoAir n'était pas affectée. Au total, 15 à 20 appareils récemment livrés sont cloués au sol, selon les sources interrogées par Reuters.

La directive de l'EASA signifie aussi que les compagnies ne peuvent plus utiliser des A320neo sur des vols long-courriers ni leur faire survoler des zones désertiques ou des mers dès lors qu'un de leurs moteurs provient de la série suspecte.

Des implications financières pour Airbus ?

Airbus a indiqué qu'il y avait 113 A320neo équipés de moteurs Pratt & Whitney en service auprès de 18 clients. Le groupe est au beau milieu d'une accélération de ses cadences de production et a déclaré la semaine dernière qu'il pourrait encore les augmenter. Un retard prolongé dû à de nouveaux problèmes de moteurs risquerait d'affecter financièrement Airbus.

"Il est trop tôt pour déterminer les implications financières, mais le fait est qu'un nombre limité de moteurs sont concernés et c'est un facteur potentiellement modérateur", a déclaré l'analyste Matthew McConnell, de RBC Capital Markets, avant qu'il soit question de suspendre certaines livraisons. "Cela étant, cela repose la question des problèmes de fabrication du moteur GTF", a-t-il ajouté.

Pour Reuters, Tim Hepher, Dominique Rodriguez pour le service français

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS