Airbus sélectionné pour le satellite SMILE par l'Agence spatiale européenne

Airbus a annoncé, le 30 juillet 2019, avoir été sélectionné par l'Agence spatiale européenne (ESA) pour construire la composante européenne du satellite "Solar-wind Magnetosphere Ionosphere Link Eplorer", soit le SMILE. Le tout premier sera construit sur le site d'Airbus à Madrid, en Espagne. 

Partager
Airbus sélectionné pour le satellite SMILE par l'Agence spatiale européenne
Le tout premier SMILE sera construit en Espagne, à Madrid.

C'est une nouvelle qui donne le sourire. Airbus a annoncé mardi avoir été sélectionné par l'Agence spatiale européenne (ESA) pour construire la composante européenne du satellite SMILE (Solar-wind Magnetosphere Ionosphere Link Explorer).

L'objectif de SMILE est d'étudier et de comprendre la météorologie de l'Espace, c'est-à-dire les processus physiques qui régissent l’interaction continue entre les particules de vent solaire et la magnétosphère, le champ magnétique qui préserve la vie sur Terre, précise le groupe aéronautique dans un communiqué.

Une mission conjointe entre l'ESA et l'Académie chinoise des Sciences

SMILE sera la première mission conjointe de l'ESA et de l'Académie chinoise des Sciences (CAS), depuis la mission Double Star/Tan Ce, qui s'est déroulée entre 2003 et 2008.

La mission SMILE entre dans une phase de quatre ans consacrée à la construction, aux essais et à l’intégration du module de charge utile et de la plateforme, précise le communiqué.

Le premier sera construit sur le site d'Airbus

Le premier sera construit sur le site d'Airbus à Madrid, tandis que la plateforme sera réalisée à Shanghai, ajoute Airbus. Ces deux composants seront ensuite intégrés et testés au Centre européen de technologie spatiale de l'ESA par une équipe multinationale.

"Nous sommes aujourd'hui capables de prévoir les conditions météorologiques sur Terre. SMILE nous permettra de comprendre la météorologie de l'Espace autour de la planète et le jour viendra peut-être où nous disposerons de données suffisantes pour anticiper les dangereuses tempêtes solaires susceptibles de perturber nos systèmes spatiaux et terrestres", déclare Fernando Varela, directeur d'Airbus Space Systems en Espagne, cité dans le communiqué.

(Avec Reuters- Catherine Mallebay-Vacqueur, édité par Marc Joanny)

Crédit photo : Airbus

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS