Airbus pourrait rapatrier des activités à Toulouse

Alors que le patron d’Airbus inaugure lundi 14 septembre une nouvelle ligne d’assemblage aux Etats-Unis, il a annoncé la possibilité de rapatrier à Toulouse une partie des activités liées aux équipements cabine de l’A320 de Hambourg (Allemagne).

Partager

La hausse continue des cadences de production de l’A320 oblige Airbus à revoir son modèle. En marge de son déplacement aux Etats-Unis à l’occasion de l’inauguration d’une nouvelle ligne d’assemblage, Fabrice Brégier, le pdg d’Airbus, a précisé les contours d’un schéma industriel en partie revu. Airbus devrait produire 46 A320 par mois au printemps 2016 (et 50 début 2017), mais au vu de son carnet de commandes (5439 ceo et neo), l’avionneur pourrait vite devoir procéder à des ajustements entre les différents sites mobilisés.

"Si nous devions aller au-delà de la cadence de 50 A320 par mois, nous choisirions de mettre une quatrième chaine d’assemblage à Hambourg, a expliqué Fabrice Brégier. Nous le déciderons d’ici la fin de l’année". Et aussitôt, le patron d’Airbus de préciser que "le rapatriement de l’équipement de la cabine à Toulouse" serait dans ce cas lui aussi envisagé. Pour le moment, l’aménagement cabine des 16 A320 produits chaque mois à Toulouse est assuré sur le site de Hambourg.

Peu d’emplois à la clé

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne


"Je pense que l’on peut s’affranchir de cette complexité et en profiter pour toiletter notre dispositif industriel", a appuyé Fabrice Brégier. Si en apparence il s’agit d’une bonne nouvelle pour le site toulousain, reste que c’est donc le site allemand qui concentrerait la plus grande part de l’assemblage du best-seller d’Airbus : le site d’Hambourg pourrait produire 28 A320 par mois (contre 22 aujourd’hui), contre 16 à Toulouse. Les capacités actuelles des sites chinois (Tianjin) et américain (Mobile) s’établissent à quatre appareils chacun.

Cette domination du site allemand dans la production s’explique pour des raisons politiques historiques, qui ont donné la primeur de la production du monocouloir au site allemand. Le rapatriement de l’activité des équipements cabine pour les A320 produits à Toulouse est bien plus conforme aux règles du pragmatisme industriel. Reste que cette activité ne représenterait sur le site que très peu d’emplois (sans doute moins d’une centaine).

A Mobile (Etats-Unis), Olivier James

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS