Airbus, otage des élections en Bavière ?

Après EADS qui a échoué dans sa fusion avec le groupe britannique, Airbus sera-t-il la prochaine victime du contexte politique en Allemagne ?

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Airbus, otage des élections en Bavière ?

Le gouvernement allemand a en effet suspendu un prêt de 600 millions d'euros destiné à l'avionneur européen dans le cadre du financement du programme A350. La raison tient sûrement au contexte politique actuel outre-Rhin. A l'occasion des élections régionales en Bavière, certains élus font preuve d'un activisme forcené mettant la sauvegarde des emplois industriels au cœur des débats, et en critiquant le partage de l'activité industrielle au sein d'Airbus qui serait défavorable à l'Allemagne.

"Mr Peter Hintze (élu CSU, ndlr) met de l'huile sur le feu. Il continue d'alimenter une fausse polémique entre l'Allemagne et EADS et fait de l'anti-Enders (président d'EADS, ndlr) systématiquement", analyse une proche source de l'avionneur européen. L'élu allemand joue sur du velours. Après s'être félicité de l'échec du projet de fusion EADS-BAE, il sait que la chancelière Angela Merkel, en difficulté dans cette campagne, a besoin du soutien de son parti pour remporter les élections en Bavière.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les critiques venues d'outre-Rhin n'apparaissent pas fondées, indique-t-on du côté d’EADS. Aussi bien sur l'emploi que la charge industrielle. Airbus rappelle qu'en 2011 et 2012, il devrait avoir embauché quasiment autant de salariés en Allemagne qu'en France. Sur les 4 000 recrutements cette année, 1 800 viendront d'Allemagne et autant de France. Au total sur les 55 500 salariés du groupe, les deux pays comptent pour environ 20 000 salariés chacun.

Concernant la charge industrielle, l'équilibre serait également respecté, selon l'avionneur. A condition de prendre la totalité des programmes en cours (famille A320, A350, A380....) et non programme par programme. Certes sur l'A350, la France dispose d'une charge de travail plus importante du fait que Toulouse assure l'assemblage de l'appareil et sa commercialisation. Toutefois sur les monocouloirs, c'est Hambourg qui profite de l'augmentation des cadences et de l'exposion du carnet de commandes. Le site allemand assemble 24,5 appareils A320 par mois contre 14,5 pour Toulouse. Décidément, à l'heure où Airbus se rêve en groupe intégré, ces calculs d'apothicaire font désordre…

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS