Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Fraude, corruption, violation des procédures d’exportation… Airbus fait le ménage en interne

, ,

Publié le , mis à jour le 10/04/2019 À 07H29

L’avionneur multiplie les mises à l’écart pour raisons éthiques.  

Fraude, corruption, violation des procédures d’exportation… Airbus fait le ménage en interne
Airbus s'est séparé en 2018 de plus de 100 salariés et a émis plus de 300 avertissements pour des raisons éthiques ou de respect des règles internes du groupe, ont dit à Reuters deux personnes ayant connaissance de ces données internes. /Photo prise le 20 mars 2019/REUTERS/Régis Duvignau
© Regis Duvignau

Airbus s'est séparé en 2018 de plus de 100 salariés et a émis plus de 300 avertissements pour des raisons éthiques ou de respect des règles internes du groupe, ont dit à Reuters deux personnes ayant connaissance de ces données internes.

L'avionneur européen fait l'objet d'enquêtes en France et en Grande-Bretagne pour des pratiques présumées de corruption remontant à plus de 10 ans. Il a aussi engagé une vaste procédure interne, qui en est désormais à sa cinquième année, pour tenter de corriger lui-même ses pratiques afin d'accroître ses chances de parvenir à des règlements favorables en justice.

Un porte-parole d'Airbus a refusé de commenter les chiffres ou de fournir des comparaisons annuelles.

Un système d’alerte interne

Ces mises à l'écart d'employés coïncident avec la nette montée en puissance d'un système d'alerte interne.
Les signalements gérés via ce système ont quasiment doublé l'an dernier et ont pour l'essentiel concerné des thèmes couverts par le droit du travail ordinaire.

Ce système a aussi reçu près de 40 signalements pour fraude et une demi-douzaine d'accusations de corruption. Plus de 10 de ces signalements portaient sur des violations présumées des contrôles aux exportations, ont dit les deux sources. Airbus a refusé de s'exprimer sur ce point.

Enquête pour violation des procédures d’exportation

Le groupe, qui emploie environ 130.000 personnes à travers le monde, est soumis à une enquête aux Etats-Unis pour violations présumées des procédures d'exportation et les responsables américains gardent un oeil attentif sur les enquêtes pour corruption présumée ouvertes en Europe.

L'assemblée générale d'Airbus a lieu mercredi et certains investisseurs s'inquiètent des éventuelles amendes qui pourraient un jour lui être infligées et qui, selon les estimations d'analystes, pourraient lui coûter plusieurs milliards de dollars.

"Les actionnaires d'Airbus attendent toujours une transparence totale sur les soupçons de pots-de-vin et les affaires de corruption du passé. Pour l'avenir, Airbus a renforcé ses normes de conformité pour éviter de nouveaux incidents et l'entreprise semble être sur la bonne voie", a dit le gestionnaire de fonds allemand DWS.

Tom Enders, le président exécutif qui partira à la retraite mercredi, a souligné qu'Airbus avait dû gérer un renouvellement de ses cadres en même temps qu'une vague programmée de départs à la retraite. Il a reconnu que 2018 avait été une année difficile.

"Je suis aujourd'hui bien plus optimiste quant à la capacité de l'entreprise à traiter ces problèmes difficiles que, franchement, je ne l'aurais été il y a un an", avait-il dit lors d'une conférence de presse le 14 février.

Objectif :des  règlements à l’amiable

Airbus verse plus de 100 millions d'euros par an à des avocats pour qu'ils fassent le ménage au sein de son personnel. L'objectif est de parvenir à des règlements amiables en Grande-Bretagne et en France sur les accusations de corruption liées à un système d'intermédiaires auquel Airbus affirme avoir renoncé depuis 2014 pour vendre ses avions.

On ignore combien cette politique a entraîné de départs.

Le "parachute doré" de Tom Enders au menu de l'AG

Cette enquête interne a suscité la grogne de certains salariés qui parlent d'une chasse aux sorcières au sein du personnel, affirment des personnes traitant avec Airbus. D'après des sources du secteur aéronautique, elle a aussi pesé sur les ventes, qui ont baissé l'an dernier.

Le malaise au sein du personnel s'est transformé en colère la semaine dernière lorsqu'ont été révélées les conditions financières du départ à la retraite de Tom Enders, qui peut prétendre à près de 40 millions d'euros sur 20 ans.

Le porte-parole d'Airbus a défendu ces dispositions, qui devraient être débattues lors de l'AG de mercredi.

"Il n'y a pas de parachute doré, en argent ou en bronze. Il y a des obligations contractuelles qui ont fait l'objet d'un accord il y a plusieurs années", a-t-il dit.

 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

10/04/2019 - 13h56 -

"Il n'y a pas de parachute doré, en argent ou en bronze. Il y a des obligations contractuelles qui ont fait l'objet d'un accord il y a plusieurs années", a-t-il dit. ? C'est quand même bizarre ce genre d'arguments qui consiste à ne pas prendre en compte le résultat d'une politique industrielle au moment du départ de son responsable ? C'est comme si on disait à ceux qui travaillent dans cette même entreprise ne vous inquiétez pas du résultat de votre travail, de toute façon vous serez quand même payés ? On en peut pas dire que ce soit là de bonnes perspectives d'avenir pour l'entreprise et pour ceux qui continuent d'y travailler !
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle