Airbus Helicopters riposte après l'annulation du marché polonais

par Tim Hepher
Partager
Airbus Helicopters riposte après l'annulation du marché polonais
Guillaume Faury, patron d'Airbus Helicopters. La filiale d'Airbus Group a contre-attaqué mardi après la décision de la Pologne d'annuler un contrat de 50 hélicoptères militaires Caracal au motif que l'offre finale du constructeur européen ne répondait pas aux attentes du pays. /Photo d'archives/REUTERS/Kacper Pempel

PARIS (Reuters) - Airbus Helicopters, filiale d'Airbus Group, a contre-attaqué mardi après la décision de la Pologne d'annuler un contrat de 50 hélicoptères militaires Caracal au motif que l'offre finale du constructeur européen ne répondait pas aux attentes du pays.

Le ministre polonais de la Défense a annoncé dès mardi que le pays prendrait livraison cette année de deux hélicoptères Black Hawk assemblés localement par le groupe américain Sikorsky Aircraft Corporation, et que huit autres suivront en 2017.

Dans une lettre ouverte au Premier ministre polonais, le PDG d'Airbus Helicopters, Guillaume Faury, accuse Varsovie d'avoir changé les règles du jeu de l'appel d'offres où Airbus était en concurrence avec les Américains et les Italiens, et d'avoir tenté de contourner les règles de l'Union européenne.

"Airbus Helicopters regrette profondément cette décision et (...) réfute fermement certaines allégations rapportées dans les médias selon lesquelles il aurait conduit ce processus de négociation de mauvaise foi", écrit-il dans le courrier diffusé mardi.

Il ajoute que le marché aurait entraîné la création de 3.800 emplois en Pologne et généré plus de valeur pour le pays que pour Airbus lui-même.

L'annulation du contrat de 13,5 milliards de zlotys (3,14 milliards d'euros) suscite une vive crise diplomatique entre Paris et Varsovie, au point que l'Etat français, actionnaire d'Airbus Group à hauteur de 11%, envisage des mesures de rétorsion.

L'accord avait été conclu par le précédent gouvernement polonais, battu aux législatives d'octobre 2015 par le parti Droit et Justice (PiS), eurosceptique. Airbus avait à l'époque été préféré à Sikorsky, filiale de l'américain Lockheed Martin, et à l'italien AgustaWestland.

DES CLAUSES HABITUELLEMENT SECRÈTES

Levant le voile sur des clauses habituellement tenues secrètes dans les contrats relatifs à la défense, notamment sur la valeur des compensations industrielles exigées par la Pologne, Guillaume Faury précise que l'annulation du marché est survenue un jour après qu'Airbus a offert de nouvelles concessions.

Airbus Helicopters, ajoute-t-il, a proposé une valeur des compensations industrielles représentant plus de 100% de la valeur nette des hélicoptères, soit 10,8 milliards de zlotys (2,5 milliards d'euros). A la demande du ministère polonais du Développement, il a également intégré dans cette compensation 23% de TVA, portant le montant total à 13,4 milliards de zlotys.

"Bien que le la compensation d'une taxe sur la valeur ajoutée via les compensations industrielles ne soit pas une pratique standard, Airbus Helicopters a accepté de compenser cette valeur brute", poursuit le PDG dans son courrier.

Il ajoute que le ministère a également introduit de nouvelles exigences en août, mais qu'Airbus n'a pas été en mesure de répondre à certaines d'entre elles car elles ne respectaient pas les régulations de l'Union européenne, sans plus de précisions.

Les autorités polonaises n'étaient pas disponibles dans l'immédiat pour faire un commentaire.

Selon Airbus, le contrat aurait conduit au transfert de 45 éléments de technologies sensibles, fourni 30 années de travail aux entreprises publiques et modernisé une industrie axée en grande partie sur la maintenance "d'hélicoptères russes d'ancienne génération".

Guillaume Faury ajoute qu'Airbus est allé plus loin que ses concurrents en offrant que l'usine d'assemblage soit détenue par l'Etat polonais.

"Airbus Helicopters a proposé une ligne d'assemblage entière de H225M Caracal à l'image des capacités des sites actuels français", poursuit-il. Le groupe a également promis une usine de production de composants d'une valeur de 370 millions de zlotys, a-t-il ajouté.

Airbus Group emploie actuellement environ 900 salariés en Pologne, dans le spatial, les hélicoptères et les avions militaires, avec un centre de recherche dans le pays.

En Bourse, l'action Airbus Group cède 2,0% à 53,22 euros mardi à midi.

(Avec Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

Ingénieur-e Assurance Qualité Matériaux et Procédés Spéciaux

Safran - 19/11/2022 - CDI - Vélizy-Villacoublay

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

40 - Landes

Analyses eau et poisson.

DATE DE REPONSE 22/12/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS