Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Airbus fermera son site de Suresnes

, , , ,

Publié le

Dans le cadre de la restructuration de sa structure d’organisation, Airbus Group prévoit la fermeture du site de Suresnes (Hauts-de-Seine) employant 650 salariés.

Airbus fermera son site de Suresnes © Airbus - D.R

Airbus Group prévoit la fermeture de son site de Suresnes (Hauts-de-Seine), employant quelque 650 personnes, et cela dans le cadre des mesures de rationalisation de la structure d’organisation de l’entreprise annoncées lors d’une réunion du comité d’entreprise européen du groupe mardi 29 novembre à Blagnac (Haute-Garonne).

La cessation d’activités de l’établissement de Suresnes devrait intervenir vers le milieu de l’année 2018 a indiqué un porte-parole d’Airbus Group qui a confirmé que cette décision entraînera la suppression de 310 emplois et le transfert de 150 salariés à Toulouse. "La seule activité qui resterait localisée à Suresnes est celle concernant les relations institutionnelles", a précisé le porte-parole de l’entreprise.

Les sites de production franciliens préservés

Le site de Suresnes accueille les activités stratégique du groupe, une partie du centre commun de recherche et développement ainsi que des fonctions support (communication, finances, etc).

Aucun autre site francilien d’Airbus n’est concerné par ce plan a assuré, en substance, le porte-parole du groupe. "Le plan consiste à la fusion des directions générales d’Airbus et d’Airbus Group. Il n’a pas de conséquences industrielles et il n’est donc pas question de fermer des sites de production comme ceux d’Elancourt (Yvelines), de Dugny (Seine-Saint-Denis) et des Mureaux (Yvelines)", a précisé le porte-parole d’Airbus.

Le plan présenté le 29 novembre prévoit une réduction progressive des effectifs portant sur un maximum de 1 164 postes essentiellement dans les fonctions support et les fonctions intégrées, ainsi que sur l'organisation CTO (Chief Technology Office). "Nous travaillons avec un expert afin d’essayer de réduire l’impact social de ce plan et allons négocier avec la direction du groupe pour obtenir un traitement social exemplaire sans licenciement sec", a affirmé pour sa part, Thierry Préfol, coordinateur-adjoint groupe Airbus du syndicat CFE-CGC.

Patrick Désavie en Île-de-France

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus