Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Airbus et les pays européens trouvent un accord définitif sur l'A400M

, , , ,

Publié le , mis à jour le 14/06/2019 À 09H25

Après deux ans de négociations, Airbus et ses pays clients européens sont parvenus à un accord définitif sur l'A400M. Initié en 2003, le programme d'avion de transport militaire a souffert de retards et de dépassements de coûts importants. Le contrat révisé prévoit notamment un calendrier ajusté et de nouvelles conditions financières.

Airbus et les pays européens trouvent un accord définitif sur l'A400M
L'A400M est doté d'une technologie si pointue que cela en fait l'un des avions militaires les plus complexes jamais construits en Europe.
© Airbus - S.Ramadier

Vendredi 14 juin, Airbus a annoncé être parvenu à un accord définitif avec les pays européens clients de l'A400M sur les nouveaux termes du contrat encadrant ce programme d'avion de transport militaire qui souffre de nombreux retards. Cette révision du contrat arrive après plus de deux ans de négociations et de querelles sur les coûts et les capacités militaires de l'appareil.

"Airbus a signé l’amendement au contrat A400M avec l’OCCAR, Organisation conjointe de coopération en matière d’armement basée à Bonn (Allemagne), qui gère le programme multinational pour le compte des sept nations clientes de lancement : Allemagne, France, Royaume-Uni, Espagne, Turquie, Belgique et Luxembourg", a indiqué dans un communiqué le constructeur aéronautique.

Guillaume Faury, président exécutif de l'avionneur européen, a déclaré en avril que les négociations s'orientaient vers un accord en milieu d'année.

L'A400M, plus grand programme européen de défense

Plus grand programme européen de défense, l'A400M a été commandé en 2003 avec l'objectif de fournir à l'Europe une capacité autonome de transport pour des missions militaires ou humanitaires, sans dépendre du C-130 de Lockheed Martin ou du C-17 de Boeing, deux constructeurs américains.

Après des dépassements de coûts et de calendrier, sept pays (France, Allemagne, Belgique, Espagne, Grande-Bretagne, Luxembourg et Turquie) ont sauvé ce programme en 2010 en injectant 3,5 milliards d'euros.

Certains problèmes ont toutefois perduré, notamment sur les systèmes défensifs de l'appareil ou des dispositifs de ravitaillement ou de largage des troupes, entraînant l'ouverture de nouvelles négociations sur le contrat encadrant le programme.

Du côté des industriels, certains ont imputé une partie des problèmes aux demandes exagérées des pays clients, liées parfois à des considérations en termes d'emplois. L'Allemagne, principal client, a pour sa part reproché à Airbus de ne pas honorer ses engagements.

Que prévoit l'accord définitif ?

L'accord définitif présenté par Airbus et l'OCCAR prévoit quatre mesures principales. Trois concernent l'ajustement du calendrier de l'A400M, notamment pour la production et les livraisons. "Toutes les parties se sont accordées pour étendre le plan de production de l’A400M tout en maintenant le calendrier contractuel du programme d’ici à 2030", indique Airbus.

Les conditions financières du plan ont aussi été révisées. Airbus s'est engagé à fournir "tout le soutien et toutes les ressources nécessaires" au programme A400M. "Une compensation importante sous forme de produits et de services a en outre été accordée en échange des obligations financières accumulées en raison des retards de livraison passés", ajoute l'avionneur sans préciser le montant de cette compensation.

L'un des avions militaires européens les plus complexes

Les concepteurs de l'appareil soulignent que l'A400M est doté d'une technologie si pointue que cela en fait l'un des avions militaires les plus complexes jamais construits en Europe. La France a salué ses performances lors d'opérations en Afrique.

L'A400M pourrait toutefois ne jamais être équipé de toutes les fonctions initialement prévues, les clients ayant laissé Airbus négocier une clause de retrait pour les systèmes jugés trop complexes, a montré un document dévoilé en 2018.

Avec Reuters (Tim Hepher et Andrea Shalal; Catherine Mallebay-Vacqueur et Bertrand Boucey pour le service français)

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle