L'Usine Aéro

Airbus distance Boeing au salon de Farnborough

, , , ,

Publié le

Au lendemain de l'ouverture du salon aéronautique de Farnborough, l'avionneur européen mène largement aux points face à son concurrent américain. Les compagnies du Golfe sont à l'origine des plus grosses commandes.

Airbus distance Boeing au salon de Farnborough

Dans un contexte délicat où se conjuguent flambée du carburant et ralentissement économique mondial, entraînant disparitions, restructurations et réductions de voilure chez les compagnies aériennes, ainsi qu'une réduction drastique des budgets militaires, la 46e édition du salon aéronautique de Farnborough (qui fête cette année ses 60 ans) a ouvert ses portes lundi, dans la banlieue de Londres, à ses quelque 1 500 exposants. En dépit de la morosité, le traditionnel match Boeing-Airbus bat son plein, surfant notamment sur le besoin de rajeunissement des flottes pour réduire les coûts de kérosène. Les deux géants annoncent une cascade de commandes, largement alimentée par les compagnies du Golfe. Farnborough 2008 ne devrait toutefois pas égaler le millésime record du salon du Bourget 2007, où 600 commandes fermes avaient été enregistrées.

102 avions pour Boeing. Le constructeur américain a marqué les premiers points avec une commande de cinquante monocouloirs 737-800 signée FlyDubai, la future compagnie low cost des Emirats Arabes Unis, pour un prix catalogue de 3,74 milliards de dollars. Boeing a également vendu trente-cinq 787-900 et dix 777-300ER au transporteur national d'Abou Dhabi, Etihad Airways. Une transaction estimée à 9,4 milliards de dollars. Enfin, la compagnie nigériane Arik a acheté sept B737.

206 appareils pour Airbus. L'avionneur européen a répliqué avec une commande plus modeste de huit A330 de la part de la compagnie publique Saudi Arabian Airlines qui réglera une facture catalogue de 1,6 milliard de dollars. Et surtout avec l'achat toujours par Etihad Airways de vingt-cinq long-courriers A350, dix gros-porteurs A380 et vingt monocouloirs A320, pour une somme d'environ 11 milliards de dollars.

Aujourd'hui, Qatar Airways s'est porté acquéreur de quatre A321 (pour 540 millions de dollars), plus deux en options. Et Tunisair a confirmé une commande de seize avions (pour deux milliards de dollars) : trois A350, trois A330 et dix A320. L'accord de principe entre Tunisair et Airbus, accompagné d'un partenariat industriel sur les composants qui permettra de créer 2 000 emplois en Tunisie, avait été conclu fin avril lors de la visite de Nicolas Sarkozy à Tunis.

Dans l'après-midi, la filiale d'EADS a largement pris le dessus grâce au loueur américain Aviation Capital Group (ACG) et surtout à la division financement et leasing d'avions de Dubai Aerospace Enterprise (DAE), DAE Capital. ACG commande vingt-trois A320 (pour près de 1,8 milliard de dollars). Cette filiale à 100 % du groupe Pacific LifeCorp détiendra ainsi 148 A320 dans sa flotte. De son côté, DAE Capital achète trente A350 et soixante-dix A320, soit une facture de 12,6 milliards de dollars au prix catalogue (qui inclut le prix des moteurs Rolls-Royce de 1,2 milliard).

A l'ouverture du salon, Airbus tablait déjà sur plus de 200 appareils commandés. Un enthousiasme à tempérer, puisque le constructeur européen prévoit de franchir la barre des 800 commandes fermes pour l'année 2008, contre un record de 1 341 en 2007.

Matthieu Maury

A lire également :
EADS resserre ses liens avec Abou Dhabi (15/07/2008)
Safran, GE et P&W dans la bataille aux moteurs d'avions économes (15/07/2008)
Airbus devance toujours Boeing au premier semestre 2008 (09/07/2008)

 

Toute info sur le salon aéronautique de Farnborough

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte