Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Airbus espère tester sa première voiture volante d'ici fin 2017, selon Tom Enders

Astrid Gouzik ,

Publié le

Images Airbus espère tester sa première voiture volante avec un passager d'ici fin 2017, affirme son PDG, Tom Enders. Ce dernier ajoute prendre "ces recherches très au sérieux".

Airbus espère tester sa première voiture volante d'ici fin 2017, selon Tom Enders © Airbus

Nous vous en avions déjà parlé au mois d’août dernier. Airbus planche sur un projet de taxi volant… qui devient de plus en plus concret. Airbus espère même tester sa première voiture volante transportant une personne d’ici fin 2017, affirme son PDG Tom Enders lors de la Digital Life Design (DLD) de Munich. Preuve que ce projet n’est pas qu’utopique, Tom Enders ajoute : "Nous sommes en phase expérimentale, nous prenons ces recherches très au sérieux".

L’avionneur a publié les premières images de ce taxi sans chauffeur sur un blog dédié au projet. "Conçu pour transporter un passager ou des colis, notre but est de faire le premier avion sans pilote pouvant embarquer des passagers à son bord", écrit Rodin Lyasoff, le PDG d’A3, le pôle d’innovation d’Airbus basé dans la Silicon Valley.

Comme Airbus l’avait déjà annoncé, un mémorandum a été signé avec l’autorité singapourienne de l’aviation civile. Il a reçu l'autorisation de tester son projet sur le campus de l’Université de Singapour courant 2017. Ce test permettra de prouver la sûreté de leur nouveau moyen de locomotion et le gain de temps qu’il procure. Une première étape avant de proposer son taxi volant à toutes les métropoles du monde… En effet, face à l’engorgement des centres urbains, Airbus veut contribuer à les rendre verticaux, c’est-à-dire développer le transport aérien "d’une manière prévisible et contrôlée". "Nous pensons que l'automatisation complète va nous permettre d'atteindre une plus grande sécurité en minimisant l'erreur humaine", écrit encore Rodin Lyasoff. L’aeronef suivra des trajectoires prédéterminées et sera capables d’éviter des obstacles. Selon A3, ce mode de fonctionnement sera compatible avec les systèmes de gestion de l'espace aérien qui vont se développer. Et davantage d’avions pourront se partager l’espace aérien. "L'automatisation complète nous permet également de faire nos avions aussi petit et léger que possible, et permettra de réduire considérablement les coûts de fabrication", précise l’auteur du post de blog.

Mais Airbus n’est pas le seul à lorgner sur les taxis volant. Récemment, un mystérieux avion a été aperçu par deux témoins à l'aéroport d'Hollistor, décollant à la verticale. Cet engin est la voiture volante que le cofondateur de Google, Larry Page, a commandé à la start-up très discrète Zee.Aero. Et un acteur majeur du secteur de la mobilité serait sur les rangs. Uber espère trouver un partenaire industriel afin de proposer un service "volant" d’ici à 2026. Ses appareils décolleraient à la verticale - à l’instar des avions d’Airbus et de Larry Page - et serait entièrement électrique. A la différence tout de même qu’Uber prévoit un chauffeur et plusieurs passagers dans son embarcation.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle