Airbus développe une solution pour adapter ses avions au transport de matériel médical

Afin d'acheminer du matériel médical, Airbus a mis au point une solution rapide pour adapter la cabine passagers de ses avions de ligne. En cours de certification, ce procédé doit offrir une source de revenus supplémentaire aux compagnies aériennes.

 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Airbus développe une solution pour adapter ses avions au transport de matériel médical
Une fois les sièges retirées, des palettes sanglées au plancher de l'avion permettront d'augmenter la charge de marchandises transportées.

Pour le transport de matériel médical dans les pays les plus touchés par l'épidémie de Covid-19, Airbus a développé une solution clef en main pour adapter les avions commerciaux au fret. En cours de certification par l'Agence de Européenne de Sécurité Aérienne (AESA), le dispositif servira également de source de revenus alternative aux compagnies aériennes, dont les recettes se sont taries avec l'arrêt des vols commerciaux lié aux mesures de confinement.

Augmenter les capacités de transport

"Nous sommes partis d'un constat, d'une part, l'augmentation de la demande de transport de matériel médical, explique Yann Mardet vice-président aux opérations aériennes de supports chez Airbus, d'autre part, la diminution du transport des avions de ligne. Par ailleurs, 45 à 55% du fret mondial est assuré aujourd'hui par les avions passagers."

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le dispositif imaginé par Airbus, qui permet d'augmenter le volume des marchandises transportées, consiste à retirer une partie des sièges passagers de la cabine pour y fixer des palettes recouvertes de filets sanglées au plancher de l'avion. "C'est un principe déjà utilisé par les avions cargo. L'avantage, c'est que cela ne nécessite pas de reconvertir l'avion en affréteur", explique Yann Mardet, et donc de demander une nouvelle immatriculation. "C'est une solution provisoire qui doit durer le temps de la crise sanitaire."

A titre d'exemple, "pour un A350 900, le dispositif permet de transporter 7,8 tonnes de marchandises supplémentaires, soit un volume total de 42,5 tonnes par avion en comprenant les soutes et les espaces bagages. Nous pourrons le décliner à d'autres types d'appareils, en fonction de la demande", poursuit Yann Lardet.

Chaque palette pèsera 260 kg et mesurera 1,5 mètre, pour un volume de chargement de 3 mètres cube.

La solution proposée par Airbus ne constitue pas une première. Début avril, outre-Atlantique, Air Canada avait modifié la cabine de ses Boeing 777 sur le même modèle. En supprimant les sièges, la compagnie avait doublé sa capacité de chargement. La validation de cette solution ne relevait pas de l'autorité aérienne européenne, mais de la Federal Aviation Administration (FAA) américaine.

(Adaptation de la cabine passagers d'un Boeing 777 par Air Canada Crédit : Air Canada)

Le 14 avril, Air France a utilisé ses Boeing 777 pour affréter du matériel médical depuis la Chine. Le chargement avait été fixé sur les sièges de l'avion. "C'était alors la seule solution autorisée par l'AESA, explique Yann Lardet.

Aucun surcoût pour les compagnies aériennes

Le dispositif ne nécessitera pas une main d'œuvre et des travaux conséquents, et pourra être réalisé là où les avions sont stockés, soit par Airbus, soit par l'opérateur. "En quelques heures, deux techniciens peuvent retirer les sièges et fixer les palettes au sol, explique Matthias Ierovante, chef du projet, les avions pourront ensuite être facilement reconvertis en avions passagers lorsque le trafic reprendra".

"Nous la proposerons gracieusement dans le cadre normal du processus de soutien aux opérateurs, poursuit Yann Lardet. A l'heure actuelle, 20 opérateurs se sont dit intéressés."

L'AESA devrait donner son feu vert fin mai

L'AESA étudie cette solution et devrait donner son feu vert fin mai. "Notre dispositif devrait obtenir la certification, assure Yann Lardet, d'une part car c'est un procédé bien connu des avions cargo, d'autre part car il respecte trois critères : un corridor permet d'accéder à l'ensemble du chargement en cas d'incendie, les palettes seront parfaitement fixées et le contrôle de la masse centrale de l'avion sera assuré par une répartition localisée du chargement." La certification de l'AESA doit permettre logiquement l'obtention d'une certification des autorités aériennes nationales. "Nous donnerons toutes les données aux compagnies pour qu'elles puissent disposer du cadre réglementaire et obtenir une certification des autorités aériennes nationales."

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS