Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Airbus, des outils intelligents

Frédéric Parisot ,

Publié le

Airbus fait office de pionnier en matière d’interactions entre les hommes et les machines. L’avionneur a lancé le projet Smart devices en 2010. "Nous avons commencé par un système de pilotage de visseuses en fonction de la localisation du compagnon et des opérations qu’il doit faire, relate Sébastien Boria, chargé des projets mécatroniques au sein du département support production d’Airbus. Aujourd’hui, cela fonctionne en production, et nous nous demandons si nous ne pourrions pas généraliser cette approche aux équipements : outils à main, outils de contrôle, robots, machines d’usinage…" Objectif : rendre les objets intelligents.

Le département support production d’Airbus travaille sur un projet de plate-forme embarquée commune à tous les équipements. En d’autres termes, un boîtier électronique qui serait installé sur tous les outils et leur permettrait de communiquer entre eux et avec le système d’information de l’entreprise. Sébastien Boria prend l’exemple d’un enchaînement de trois tâches simples : "Sur une ligne où il faut percer une pièce, mesurer les diamètres et la position des trous, puis visser des fixations, les erreurs ne sont détectées qu’à l’étape suivante. La pièce doit faire des allers-retours, il faut générer des rapports, tout cela prend du temps. Il suffirait que les outils informent l’opérateur et empêchent la pièce de passer à l’étape suivante." Si la perceuse, le micromètre et la visseuse embarquent tous ce boîtier électronique communicant, ils peuvent s’informer mutuellement des défauts et envoyer des rapports sans intervention humaine. Ce qui libère l’opérateur des tâches liées à la traçabilité.

Airbus a réalisé des prototypes de ce boîtier, avec l’aide d’un calculateur National instruments. Une fois industrialisé, le but est de le fournir directement aux fabricants d’équipements qui pourront l’intégrer à leurs produits. Côté logiciel, le département support production travaille sur un kit de développement d’applications, baptisé Smart production function. "Il permettra aux ingénieurs de production de développer eux-mêmes les applications dont ils ont besoin, grâce à des blocs prêts à l’emploi pour faire de la géolocalisation ou du traitement vidéo, entre autres. Le tout sans avoir à se soucier de la marque ou du modèle d’équipement, et sans connaissances poussées en programmation", précise Sébastien Boria. Si les fabricants d’équipements embarquent dans leurs produits des technologies comme celle-ci, qui promet une vraie interopérabilité entre produits de marques différentes, c’est tout un écosystème d’industriels qui pourra en profiter.

F. P.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle