Airbus dément les soupçons de tromperie et d'escroquerie portés par l'Autriche concernant la vente d'Eurofighter

Litige autour de la vente de quinze Eurofighter Typhoon à l'Autriche en 2003 pour deux milliards d'euros. Vienne soupçonne Airbus de l'avoir trompé et escroqué, ce que dément formellement le constructeur aéronautique européen.

Partager
Airbus dément les soupçons de tromperie et d'escroquerie portés par l'Autriche concernant la vente d'Eurofighter
Airbus déclare que les accusations de l'Autriche "semblent factices et fondées sur des motifs politiques".

Airbus répond à l'Autriche. Le constructeur européen a remis au Parquet de Vienne lundi 18 septembre sa position concernant les accusations de soupçons de tromperie et d'escroquerie formulées par le ministre de la Défense autrichien en février 2016. L'Autriche a engagé des poursuites contre Airbus et le consortium Eurofighter à propos du contrat à 1,96 milliard d'euros conclu en 2003 pour l'achat de quinze Typhoon d'Eurofighter.

Vienne soupçonne Airbus de l'avoir volontairement induit en erreur quant au prix d'achat, délais de livraison et équipements des avions de chasse. Le ministre de la Défense précisant que le préjudice subi par l'Autriche pourrait atteindre 1,1 milliard d'euros.

Des accusations "fondées des motifs politiques"

Aujourd'hui, Airbus condamne autant la forme que le fonds de ces allégations dans un communiqué. Le constructeur critique "la manière hautement contestable de procéder du ministre de la Défense lors du dépôt de plainte et sa politique d’information axée sur une présomption de culpabilité qui constituent des atteintes aux droits économiques et sociaux fondamentaux". Le groupe aéronautique ne comprend pas que de telles allégations arrivent huit ans après la livraison du dernier appareil. Airbus déclare ainsi que ces accusations "semblent factices et fondées sur des motifs politiques".

Sur le fond, Airbus affirme que "les avions ont été livrés conformément aux termes du contrat". "La livraison s'est achevée en 2009, conformément aux accords", ajoute encore le groupe.

Questions autour de l'accord de compensation

Le groupe aéronautique revient aussi sur l'accord de compensation. Dans sa plainte l'Autriche affirme n'avoir pas été mise au courant que sur le prix d'achat (1,96 milliard d'euros), environ 10% (183,4 millions d'euros) concernait l'accord de compensation, comme l'explique DefenseNews. Airbus affirme que dans ce milieu il est de notoriété publique que le coût de l'accord compensatoire soit compris dans le prix global. "Le gouvernement autrichien n’a à aucun moment, au cours de la longue procédure de passation du marché, demandé à connaître les coûts des opérations de compensation", ajoute le Airbus.

Le constructeur européen déclare avoir tenu ses engagements, notamment en permettant à la société autrichienne FACC de se développer et de conclure un contrat d'une valeur de plus de 500 millions d'euros avec Airbus afin de développer la nouvelle cabine "Airspace" de l'A320. Reste plus qu'à voir comment la justice autrichienne va réagir à la défense d'Airbus.

Sujets associés

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Dans ce nouvel épisode de « Demain dans nos assiettes », notre journaliste reçoit Frédéric Wallet. Chercheur à l'Inrae, il est l'auteur de Manger Demain, paru aux...

Écouter cet épisode

La fin du charbon en Moselle

La fin du charbon en Moselle

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Cécile Maillard nous emmène à Saint Avold, en Moselle, dans l'enceinte de l'une des trois dernières centrales à charbon de...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

VILLE DE CALLAC

Technicien des Services Techniques H/F

VILLE DE CALLAC - 31/03/2022 - CDD - CALLAC DE BRETAGNE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

76 - Martin-Église

Maîtrise d'oeuvre pour la construction de 24 logements intermédiaires

DATE DE REPONSE 20/06/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS