Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Airbus cessera de produire l’A380 en 2021

Olivier James , , ,

Publié le

Confronté à la faiblesse des commandes de l’A380 depuis plusieurs années, Airbus annonce l’arrêt de la production en 2021. Il ne lui reste plus que 17 appareils à produire.

Airbus cessera de produire l’A380 en 2021
Le programme A380 est mis à l'arrêt.
© Qantas

C’est la fin d’une saga européenne. En raison du carnet de commandes trop faible de l’A380, entré en service en 2007, Airbus a pris jeudi 14 février une décision couperet : l’avionneur cessera les livraisons du super jumbo en 2021. Alors qu’Emirates et Quantas, parmi les principaux clients, ont remis en question leurs commandes ces dernières semaines, Airbus n’aura pas pu éviter un effet boule de neige au sein des compagnies clientes, redoutant une chute de la valeur de leurs avions en cas d’arrêt du programme : l’avionneur n’a plus que 17 A380 à produire, alors même qu’il en restait 87 fin 2018.

Cette annonce intervient alors qu’Emirates, le client ultra majoritaire du programme, a décidé de réduire son carnet de commandes d’A380 de 162 à 123 appareils. La compagnie aérienne qui avait passé une commande ferme de 20 A380 et 16 appareils en option en janvier 2018 a donc opéré un rétropédalage encore plus important que prévu : en lieu et place de 39 A380, Emirates commande 40 A330neo et 30 A350. Une conversion qui permet à Airbus d’effectuer une bonne opération financière : le montant de la nouvelle commande s’élève à 21,4 milliards de dollars au prix catalogue, contre environ 16 milliards de dollars pour les 39 A380.

L'après A380 va commencer

Airbus ne sera pas parvenu à faire décoller les ventes de l’A380 et achèvera le programme en ayant livré environ 250 appareils auprès de 14 compagnies aériennes. Tout à sa volonté d’attaquer Boeing sur le segment des gros porteurs dans les années 90, l’avionneur a surestimé le marché, tablant sur une flotte comprise entre 800 à 1200 appareils d’ici 2020.

Airbus a également été confronté à de nombreux dysfonctionnements durant le développement et le début de la production de l’appareil, entraînant un coût total supérieur à 25 milliards d’euros. Surtout, muni de quatre moteurs, le très énergivore A380 n’aura pas séduit des compagnies aériennes qui, dès la crise économique de 2008, chercheront à réduire leur coût.

Gérer l'après A380

Après avoir effectué une baisse continue des cadences depuis 2016, Airbus doit dorénavant gérer l’après A380. Et en particulier négocier avec les compagnies clientes de l’A380 pour maximiser les chances de conversion de commandes en A350 et A330neo. L’avionneur européen va pouvoir encore une vingtaine d'années durant assurer des activités de services pour son superjumbo, comme la maintenance et la rénovation de cabines. Sur le plan social, Airbus va dans les prochaines semaines engager des discussions avec ses partenaires sociaux pour trouver des solutions de mobilité interne aux quelque 3000 salariés du groupe impliqués dans la production de l’A380.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle