Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

Comment Air Liquide va réduire ses émissions de 30%

Coralie Lemke , , , ,

Publié le

Le géant de la chimie a annoncé des objectifs ambitieux pour réduire son empreinte écologique. Il veut réduire ses émissions de carbone de 30% entre 2015 et 2025.  

Comment Air Liquide va réduire ses émissions de 30%
Air Liquide a présenté un plan ambitieux de réduction de son empreinte carbone.
© Air Liquide DR

Air Liquide se met sur le chemin d’une énergie propre et veut entraîner ses clients dans son sillage. Le spécialiste des gaz destinés à l’industrie et à la santé veut réduire ses émissions de carbone de 30% d’ici à 2025. Premier moyen pour y arriver, l’achat d’électricité renouvelable, qui doit augmenter de 67%. "C’est un domaine sur lequel nous avons la main, donc autant le faire. Nous allons sélectionner nos fournisseurs en fonction de leur mix énergétique", explique Benoît Potier, le PDG du groupe.

En optimisant la chaîne logistique et en adaptant les équipements, Air Liquide vise aussi une réduction de 5% de la consommation énergétique par unité de volume produit.

"Nous améliorons ce paramètre depuis de nombreuses années, mais là, c’est encore plus ambitieux que ce que nous faisions déjà." Enfin, tous les camions et les bouteilles d’oxygène, de CO2, d’azote et d’hydrogène acheminées devront être convertis au gaz naturel, puis au biogaz, puis à l’hydrogène, dans le but de faire baisser l’empreinte carbone de leurs produits de 10%.

Agir avec ses clients et les écosystèmes

Et ses clients devraient eux aussi se mettre sur le chemin d'une énergie plus verte. "Nous voulons mettre des moyens à disposition de nos clients pour leur permettre, à eux aussi, de réduire leurs émissions. Plutôt que de faire eux-même de façon peu efficace, nous leur proposons de nous confier cette mission." En mutualisant les actifs, Air Liquide espère utiliser environ 15% d’énergie en moins.

Le chimiste prévoit aussi de promouvoir l’utilisation du biométhane et l’hydrogène décarboné. Pour ce dernier, il compte en construire 120 stations à travers le monde. "Il faut équilibrer les émissions et la croissance économique. Nous savons où et pourquoi nous émettons du CO2 donc autant agir tout de suite", insiste Benoît Potier, qui souligne que le coût de toutes ces mesures est maîtrisé par l’entreprise. L’ensemble des dépenses a été intégré dans son plan de financement NEOS 2020.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle