Quotidien des Usines

Air Liquide inaugure à Notre-Dame de Gravenchon une installation de captage de CO2 par le froid

, , , ,

Publié le

Air liquide a inauguré le 5 novembre à Notre-Dame de Gravenchon (Seine-Maritime) une installation de captage de CO2 par procédé cryogénique, Cryocap. Pour cette première mondiale, Air Liquide a investi 30 millions d’euros et bénéficié de 9 millions d’euros de soutien public, dont 3 millions d’euros de l’Etat au titre des "investissements d’avenir".


©Air Liquide - Unité de captage de CO2 par procédé cryogénique, Cryocap, sur le site de Notre-Dame de Gravenchon.


Air Liquide, leader mondial des gaz industriels, a inauguré le 5 novembre à Notre-Dame de Gravenchon (Seine-Maritime) une installation permettant le captage de CO2 par procédé cryogénique, Cryocap. Ce procédé, que l’industriel français présente comme une "première mondiale", constitue une rupture technologique dans le captage du CO2, puisqu’il ne fait pas appel à la chimie.

Développé depuis 2012 par les équipes R&D et ingénierie et construction d’Air Liquide, Cryocap représente un investissement d’environ 30 millions d’euros, complété par un soutien financier public de près de 9 millions d’euros dont 6 millions d'euros de la part de la région Haute-Normandie et la communauté de communes et 3 millions par l’Etat au titre des "investissements d’avenir".

Air Liquide qui a réalisé en 2014 les deux tiers de ses dépenses d’innovation en France, a choisi de mettre en œuvre sa technologie Cryocap sur son plus gros site de production d’hydrogène dans l’Hexagone, à Notre-Dame de Gravenchon (20 salariés). Il alimente la raffinerie voisine d’Esso Raffinage SAF (groupe ExxonMobil). L’hydrogène permet d’enlever le soufre des carburants automobiles issus de la raffinerie, afin de les mettre en conformité avec les normes environnementales.


Production d’hydrogène accrue

La production d’hydrogène s’opère de façon classique, par reformage du méthane à la vapeur d’eau en rejetant du CO2. Ce procédé est connu des spécialistes sous le terme de "SMR" (steam methane reformer). La technologie Cryocap consiste à utiliser des basses températures (moins 50 degrés) pour compresser, liquéfier, puis séparer les gaz, au cœur même de ce procédé SMR.

La technologie Cryocap consiste à utiliser des basses températures (moins 50 degrés) pour compresser, liquéfier, puis séparer les gaz, au cœur même de ce procédé SMR ; les gaz résiduels du process sont envoyés dans un compresseur à basse température ce qui permet de les liquéfier et de les séparer les uns des autres : le CO2  d'un côté, l’hydrogène (H2) de l’autre. "Cette technologie de captage de CO2 ne fait appel à aucun composant chimique" souligne Air Liquide.

Une fois purifié, le CO2 récupéré est conditionné par Air Liquide pour être vendu, notamment aux industries agroalimentaires, qui utilisent le CO2 pour la carbonatation de boissons gazeuses, la conservation, ou encore la surgélation alimentaire. Air Liquide table sur une capacité de captage annuelle de 100 000 tonnes de CO2 sur ce site.

La technologie Cryocap va, par ailleurs, améliorer l’efficacité de la production d’hydrogène, donc accroître la production. L’hydrogène supplémentaire produit va être récupéré et conditionné en vue notamment de son utilisation dans les transports. Air Liquide suit de près la question de la "mobilité hydrogène". Il est le concepteur de la première station-service hydrogène de France, inaugurée en janvier 2015 à Saint-Lô dans la Manche, trois ans après l’ouverture de sa première station en Allemagne.

Claire Garnier

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte