Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Air-Label, l'entreprise qui contrôle l'impact des produits du quotidien sur la qualité de l'air intérieur

Sybille Aoudjhane , , ,

Publié le

En passant en moyenne 80 % de son temps à l'intérieur, la qualité de l'air confinée entre quatre murs a de quoi nous interpeller. L'entreprise Air-Lab a créé une certification pour contrôler les émissions des produits du quotidien. 

Air-Label, l'entreprise qui contrôle l'impact des produits du quotidien sur la qualité de l'air intérieur
La cuisine, une zone polluée de la maison ?
© Rustic Vegan - Unsplash

Alors que nous inhalons près de 12 000 litres d’air chaque jour, les scientifiques dénombrent quelques 900 substances chimiques émises dans nos appartements.  Benzène, CO2, toluène...tous ces polluants chimiques sont présents dans les intérieurs en petite quantité. Il suffit d’utiliser régulièrement certains produits d'hygiène, des textiles aux matières traitées ou encore certaines colles pour meubles.  Ces données issues d’une étude bruxelloise de l’Institut scientifique de santé publique de 2012, ont fait réagir une équipe d’experts qui ont créé l’entreprise privée Air-label en 2018.

L’objectif est de rendre transparent l'impact des composés volatils des produits sur notre santé. Comme le nutriscore, un label "Air intérieur contrôlé" indique si le produit a un impact très faible, faible, moyen ou fort sur la santé.

Le cumul des substances

Depuis 25 ans, Alain Collomb, médecin généraliste membre de l’Association santé environnement France (ASEF) a vu la santé de ses patients évoluer. "Certaines personnes aux bilans biologiques normaux deviennent allergiques, d’autres deviennent résistants aux médicaments... les perturbateurs endocriniens dans l’air ambiant ont surement une influence", assure le docteur. "C’est surtout le cumul des substances qui a un effet négatif", continue-t-il. Deux substances bénignes, assemblées peuvent dégager une émission néfaste.

C'est ce cumul de substances volatiles qui est analysé par le label : le produit est testé dans une chambre à émission. Après les analyses, une fiche détaille les composants du produit en milligramme par mètre cube. Les données sont ensuite comparées à 119 normes internationales comme celles déterminées par l’Union européenne. La meilleure note, A+, est délivrée seulement si toutes les normes d’émission sont respectées. Un seul dépassement bascule le produit dans la catégorie A. Un C signifie qu’il y a plus de trois dépassements et des produits cancérigènes et tératogènes au-delà des limites autorisées.

Sur le marché dès 2019

La première marque certifiées par Air-Label est l’allemand Rainett, dont les produits sont presque tous A+. Elle sera la première marque d’entretien ménager à entrer sur le marché français avec ce label, en septembre 2019. Pour l’instant, trois marques de produits d’entretien ont fait la démarche de labellisation. "Nous attendons encore des résultats de produits pour le parquet et le mobilier", précise Sammy Laamari, co-fondateur d’Air-Label. "Notre idée est que l’industrie change, et veuille communiquer sur leurs produits bien notés", continue-t-il. Air-Label a aussi un rôle de conseil pour les moins bien notés et peut proposer des solutions de remplacement.

Un kit de dépistage pour particulier d’une valeur de 250 € a aussi été conçu par l’entreprise. Deux petits appareils sont à laisser à l’air libre pendant une semaine chez soi, puis à envoyer dans un laboratoire pour les analyses.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle