Air France-KLM veut tailler davantage dans ses coûts

par Matthias Blamont

Partager

PARIS (Reuters) - Air France-KLM envisage de prendre des mesures cette année ainsi qu'en 2012 pour réduire ses coûts et améliorer sa compétitivité, a déclaré vendredi son directeur général Pierre-Henri Gourgeon.

La compagnie aérienne, numéro deux en Europe en termes de chiffre affaires, a également indiqué qu'elle n'avait pas vocation à rester leader dans le fret, un secteur jugé trop exposé.

"Les résultats du premier trimestre de notre exercice nous ont semblé décevants. Nous avons constaté que notre compétitivité n'était pas à la hauteur de celle de nos grands concurrents européens", a dit Pierre-Henri Gourgeon, lors d'une conférence de presse organisée par l'Association des journalistes professionnels de l'aéronautique et de l'espace (AJPAE).

Il a toutefois confirmé l'objectif d'un résultat opérationnel positif cette année, ajoutant qu'il reviendrait plus en détail sur les réductions de coûts lors de la publication des résultats trimestriels en novembre.

En Bourse, l'action Air France enregistre depuis le début de l'année la pire performance de l'indice SBF 120, avec un recul de 55% qui est presque deux fois plus fort que celui de Lufthansa. Le titre Air France sous-performe également largement celui d'IAG, le groupe issu de la fusion de British Airways et Iberia.

A 13h05, l'action Air France perdait 3,4%, à comparer avec un repli de 1,48% pour le SBF120.

Pierre-Henri Gourgeon a estimé que le secteur du transport aérien était aujourd'hui mieux préparé qu'en 2008 à affronter une récession économique. Selon des analystes, en cas de rechute en récession, Air France-KLM pourrait toutefois s'avérer particulièrement vulnérable.

Les coûts salariaux sont le talon d'Achille de la compagnie, dont l'Etat français détient 15,7% du capital et les salariés 9,8%. Selon les données publiées par Air France-KLM pour les six mois de janvier à juin, les coûts de personnel, son premier poste de charges d'exploitation, ont représenté quelque 32% du chiffre d'affaires, contre 24% pour Lufthansa et 25% pour IAG.

Air France-KLM affiche par ailleurs un niveau d'endettement élevé. Au 30 juin, sa dette nette atteignait 6,04 milliards d'euros, contre 1,4 milliard pour Lufthansa et 480 millions pour IAG. Quant à son ratio d'endettement, il atteint 0,92 contre 0,50 pour Lufthansa et 0,42 pour IAG.

Pierre-Henri Gourgeon a par ailleurs indiqué que le groupe donnerait sans doute des détails sur sa future commande d'avions pour renouveler sa flotte d'appareils long-courriers peu après le conseil d'administration prévu le 15 septembre.

Matthias Blamont et Jean-Michel Bélot, édité par Dominique Rodriguez

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS