L'Usine Aéro

Air France-KLM se donne du temps sur le dossier Alitalia

, , , ,

Publié le

Air France-KLM a décidé d'attendre d'être en possession de davantage d'informations de la part d'Alitalia pour statuer sur un éventuel relèvement de sa participation.

Air France-KLM se donne du temps sur le dossier Alitalia

Air France-KLM pourrait voler au secours d'Alitalia... mais pas tout de suite. La compagnie aérienne franco-néerlandaise, qui contrôle 25% du groupe italien, avait réuni le 23 septembre en début de soirée ses administrateurs pour discuter de l'opportunité de participer à une augmentation de capital d'Alitalia, voire d'augmenter sa participation en vue d'une éventuelle prise de contrôle. "Le conseil d'administration d'Air France-KLM (...) a considéré indispensable d'entendre les informations que devrait donner la direction générale d'Alitalia lors de la réunion d'un prochain conseil d'administration de la compagnie italienne", a expliqué AF-KLM dans un bref communiqué publié après la réunion.

alitalia a besoin de 300 millions d'euros

Alitalia, dont la perte a été multipliée par quatre en 2012, a annoncé il y a deux mois avoir besoin d'une injection d'argent frais de 300 millions d'euros pour continuer à fonctionner.

Le ministre italien des Transports, Maurizio Lupi, a déclaré lundi 23 septembre que l'Italie ne s'opposerait pas à ce qu'Air France-KLM porte à 50% sa part dans Alitalia. "De notre point de vue, il n'y a absolument aucune objection", a-t-il dit à des journalistes à Milan.

"La direction d'AF-KLM, ces dernières semaines, penchait plutôt pour une montée (au capital, NDLR) plutôt que pour le scénario d'un simple accompagnement de la recapitalisation d'Alitalia (pour rester à 25%)", avait déclaré à Reuters une source syndicale avant la tenue du conseil. Une autre source, bancaire, a toutefois écarté l'idée d'une montée au capital à ce stade compte tenu des défis auxquels est confrontée AF-KLM. "C'est impensable dans le contexte actuel. La seule question qui se pose, à mon sens, pour le groupe est : voulons-nous être dilués ?", a-t-elle dit.

Air france-klm peut-il se le permettre ?

En début d'année, AF-KLM avait indiqué que le rachat de tout ou partie d'Alitalia en 2013 semblait "difficile" au vu des moyens financiers limités de l'entreprise.

Air France a en outre annoncé le 18 septembre le lancement d'un nouveau plan de départs volontaires de 2 800 postes, la réduction de la voilure de son réseau moyen-courrier et une décision de sortir prématurément les Boeing 747 de sa flotte pour s'adapter à une conjoncture économique jugée particulièrement difficile dans le transport aérien.

La compagnie a ajouté qu'elle ne parviendrait pas à l'équilibre en 2013, année qui devrait donc marquer son sixième exercice consécutif de perte, mais seulement en 2014.

Avec Reuters (Matthias Blamont,Tim Hepher, édité par Wilfrid Exbrayat)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte