Air France-KLM s'apprête à dévoiler un plan de refinancement, l'Etat français va monter au capital

Le Conseil d'administration d'Air France-KLM se réunissait lundi 5 avril pour approuver de nouvelles mesures de refinancement qui ont reçu le soutien de Paris et qui devront lui permettre de surmonter les effets de la crise sanitaire, a-t-on appris de plusieurs sources proches de la situation.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Air France-KLM s'apprête à dévoiler un plan de refinancement, l'Etat français va monter au capital
Le Conseil d'administration d'Air France-KLM se réunissait lundi pour approuver de nouvelles mesures de refinancement qui ont reçu le soutien de Paris et qui devront lui permettre de surmonter les effets de la crise sanitaire. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann

Un nouveau bol d'air pour Air France-KLM. La compagnie aérienne devrait recevoir un nouveau soutien financier de l'Etat dans les prochaines heures. Il ne s'agira pas d'un nouveau prêt, mais Air France-KLM va convertir une partie des 4 milliards d'euros d'aides publiques en instruments hybrides et lever de nouveaux capitaux.

Invité de France Inter ce 6 avril, le ministre de l'Economie Bruno le Maire a dévoilé les modalités de ce plan de refinancement. "Le prêt de 3 milliards d'euros sur quatre ans va être transformé en participation de l'Etat en fonds propres", déclare-t-il. "Parallèlement, nous allons monter au capital d'Air France, à hauteur d'un milliard d'euros". L'Etat français détient aujourd'hui 14,3% des parts de la compagnie et pourrait ainsi monter jusqu'à un peu moins de 30% du capital, devenant le premier actionnaire d'Air France. De quoi "garantir la pérennité d'une entreprise stratégique pour la nation française", selon Bruno le Maire. "Tout a été fait en étroite concertation avec le gouvernement néerlandais".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Bruno Le Maire avait annoncé dimanche 4 avril que la France et la Commission européenne ont conclu un accord de principe sur un nouveau soutien financier de l'Etat français à la compagnie aérienne. La négociation a notamment porté sur le nombre de créneaux horaires que devrait céder la compagnie française à l'aéroport d'Orly. "Nous allons céder 18 créneaux d'Air France à Orly, la Commission nous en demandait 24", révèle Bruno le Maire. "Cela représente 4% des créneaux dont dispose Air France sur Orly". "Nous avons souhaité que les compagnies qui récupèrent ces créneaux d'atterrissages et de décollages respectent rigoureusement les règles sociales et fiscales de l'Etat français, pour éviter le dumping social et fiscal".

Avec Reuters (Laurence Frost. édité par Mark Potter)

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    - 18 °
    AVRIL
ARTICLES LES PLUS LUS