Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Air France Industries étend son réseau de pièces de rechange

Olivier James , , , ,

Publié le

Air France Industries, la division d’Air France-KLM spécialisée dans la maintenance aéronautique, prend une participation au capital de Tradewinds, acteur du trading de pièces de moteurs. De quoi augmenter ses sources d’approvisionnements en pièces de rechange.

Air France Industries étend son réseau de pièces de rechange © D.R. - Air France-KLM

Dans la maintenance aéronautique, elles sont le nerf de la guerre. Pouvoir proposer en temps et en heure des pièces de rechange de qualité, c’est l’objectif des innombrables acteurs qui se partagent ce marché ultra concurrentiel. Et qui amène Air France Industries KLM Engineering & Maintenance à monter au capital de Tradewinds à hauteur de 50%.

Ce rapprochement avec cet acteur américain du trading de pièces de moteur va permettre à la division d’Air France-KLM spécialisée dans la maintenance aéronautique de puiser dans une source très rentable. "Cette participation va nous permettre d’accéder à un réseau de pièces de moteurs de seconde main, ce qui n’était pas le cas jusque-là, et ainsi à faire baisser nos coûts", explique Marc Roubaud, directeur du développement AFI KLM E&M. Elle permettra aussi de faciliter la revente des pièces en surplus.

Un secteur en pleine consolidation

Un élément de compétitivité qui pourrait s’avérer stratégique : les compagnies aériennes réalisent peu de marges et cherchent par tous les moyens à baisser leur coût de maintenance. On tient à préciser chez Air France Industries, que la qualité des pièces de seconde main est observée avec le plus grand soin. "Nous avons choisi Tradewinds en particulier pour la qualité des pièces et leur traçabilité, des éléments cruciaux pour garantir la sécurité des appareils", poursuit Marc Roubaud.

Quel est le niveau de l’investissement réalisé par Air France Industries ? "Cette prise de capital représente un effort d’environ 10 millions d’euros, précise Marc Roubaud. Et nous visons dans les sept ans à multiplier par deux le chiffre d’affaires de Tradewinds, qui s’élève aujourd’hui à 35 millions de dollars. Dans le même temps, la part de marché devrait passer de 2 à 4%."

Des ambitions qui s’expliquent par la consolidation qui devrait marquer le secteur de la maintenance aéronautique au cours des prochaines années. Le secteur est composé de très nombreux acteurs aux profils hétéroclites : division de compagnies aériennes, constructeurs et motoristes eux-mêmes, pure-players… Et il est promis à une belle croissance sur le long terme, au vu de la hausse du trafic aérien.

Olivier James

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle