Air et Volume : il donne du souffle aux jeux d'extérieur

Publié le

Série d'été Derrière les châteaux, montagnes et mini-tunnels gonflables dont raffolent les enfants sur les plages, se cache une PME située près de Chartres. Ses créations mettent de l’ambiance dans les campings, les restaurants au bord des autoroutes, les plages, et les parcs de loisirs.

Air et Volume : il donne du souffle aux jeux d'extérieur

Comment faire des merveilles, à partir d’un seul matériau, grâce à un peu d’imagination et un zeste de débrouillardise commerciale ? Dans une petite usine à  proximité de Chartres, dont la surface est de 3.500 m2, une quinzaine d’employés s’affairent : une atmosphère certes laborieuse mais emprunte d’une certaine magie.

Tout d’abord, le design : dans un studio, des créateurs donnent le coup d’envoi de structures gonflables appelées à prendre les formes les plus diverses. Ensuite, le modelage 3D : dans une salle mitoyenne, d’autres salariés élaborent sur ordinateur des plans en trois dimensions. Des machines numériques, coûtant chacune de 30.000 à 50.000 euros, sont mises à contribution : cette technique a éclipsé les coups de pinceau d’antan.

Fiche d'identité

Fondation : au milieu des années 80
Chiffre d’affaires : 2 millions d’euros (prévu en 2010)
Progression des ventes : elles ont presque doublé pendant les quatre années écoulées.
Parmi l’équipe des quinze salariés d’Air et Volume : deux spécialistes de la création en 3D.
L’Histoire : Il y a un quart de siècle, Conforama avait confié à Renaud Mazoyer le soin de confectionner une réplique de King Kong en résine polyester dont une patte pouvait soulever plusieurs personnes. Par la suite, il a pris des cours de mise en 3D avec un professeur de chaudronnerie, afin de maîtriser les techniques de calcul des découpes à plat.

Bâches de PVC et couleurs vives

L’étape dite du «patronage» survient alors : le maniement de bâches de PVC découpées en fonction des instructions données par les créateurs. Ces pièces sont ensuite assemblées par des spécialistes qui ont recours à des machines à coudre. Il faut en outre solliciter les compétences de menuisiers, sur place, lorsqu’un socle en bois est prévu pour certaines structures. La PME Air et Volume offre ainsi tout un inventaire à la Prévert, à l’attention d’un public enfantin : toboggans et matelas gonflables embastillés dans des châteaux ; poissons, dauphins, fruits mais aussi mini-montagnes, tunnels ou encore piscines à balles. Légères et faciles à monter, les structures élaborées par Air et Volume sont éclaboussées de couleurs vives qui les font parfois ressembler à d’énormes cakes nappés de confiture.

Si nécessaire, fourniture de souffleries

PDG d’Air et Volume, dont il est le fondateur, Renaud Mazoyer explique : «Nos créations sont destinées avant tout aux aires de jeux, dans des espaces fréquentés par des parents qui tout en prenant du bon temps laissent leurs enfants s’ébattre avec un maximum de sécurité. Nous avons pour clients des sociétés faisant de l’animation sur des plages, des restaurants en bordure d’autoroute, des campings ainsi que des villages de vacances, entre autre le Club Méditerranée, ainsi que des parcs de loisirs» C’est à eux qu’il appartient de maintenir les structures gonflables en l’état en y injectant de l’air régulièrement. Si nécessaire, Air et Volume fournit des souffleries dont il se propose d’assurer la maintenance.

Selon leur envergure et leur degré de sophistication, les modèles se situent dans une fourchette de prix entre 999 et 15.000 euros. Outre les modèles proposés dans son catalogue, la PME conçoit des mascottes pour les opérations de promotion et d’image de grandes entreprises. Dans les ateliers d’Air et Volume sont ainsi nés des écureuils géants plus vrais que nature à l’effigie des Caisses d’Epargne, ainsi que des mascottes bien visibles pendant le Tour de France.

Le décor des jeux Intervilles

Renaud Mazoyer a plus d’un tour dans son sac d’industriel : à l’occasion du premier anniversaire de Disneyland, il dit avoir «transformé un château de la Belle au Bois Dormant en gâteau d’anniversaire». Soudain, une soixantaine de structures gonflables habillèrent ce château de 47 mètres de haut. Mais la chance a vraiment souri à Renaud Mazoyer quelques années plus tôt, en 1986, quand il a rencontré Guy Lux : d’un coup de baguette magique, ou presque, Air et Volume s’était mis à produire toute une partie du décor fantastique des Jeux Intervilles retransmis par les chaînes de télévision de nombreux pays. A l’époque, le fondateur d’Air et Volume avait 30 ans, et il était déjà gonflé à bloc.



 

 

 

 

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte