L'Usine Auto

Aidées par la nouvelle prime à la conversion, les ventes de voitures ont redémarré en France

Simon Chodorge , , , ,

Publié le , mis à jour le 01/07/2020 À 08H25

Bonne nouvelle Le marché automobile français a connu des mois particulièrement difficiles avec la crise du Covid-19. En juin, les immatriculations se sont enfin redressées. Elles ont progressé de 1,2 % avec 233 818 voitures particulières neuves mises sur les routes.

Après cinq mois dans le rouge, le marché automobile français se redresse enfin
La prime à la conversion a soutenu le marché automobile français en juin.
© Renault / Jean-Brice LEMAL / Planimonteur

Les constructeurs automobiles attendaient fébrilement ces données. Après cinq mois de repli, les immatriculations de voitures particulières neuves en France ont enfin renoué avec la croissance. Entre juin 2019 et juin 2020, leur nombre a progressé de 1,24 % pour atteindre 233 818 véhicules, selon les données révélées mercredi 1er juillet par le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA).

Succès des mesures du plan de soutien gouvernemental

Les mesures d’aides du gouvernement ont sans doute joué dans ce bilan positif. Le plan de soutien à la filière automobile intègre une nouvelle prime à la conversion, entrée en vigueur le 1er juin. Ce dispositif a bénéficié “d’un large succès”, selon le Conseil national des professions de l’automobile (CNPA). Au 25 juin, entre 60 000 et 65 000 primes étaient déjà attribuées.

Le marché profite également d’un effet calendaire : juin 2020 compte deux jours ouvrés de plus que juin 2019. Sur les six premiers mois de 2020, le bilan reste très négatif. Les livraisons enregistrent une baisse de 38,63 % avec seulement 715 802 véhicules immatriculés. Au début de l’année, les nouvelles normes européennes anti-pollution avaient freiné le marché. Ensuite, du mois de mars jusqu’à mai, le confinement a provoqué un effondrement des ventes.

Le groupe Renault dépasse PSA

Paradoxalement, les groupes français ne sont pas les premiers bénéficiaires de ce marché dynamique. Les plus fortes progressions sont affichées par les constructeurs automobiles étrangers. Le groupe Renault s’en sort tout de même bien avec une hausse des ventes de 6,5 % (71 612 unités). À l’exception d’Alpine (-70,4 %, 74 unités), les principales marques du groupe progressent : Renault (+6,4 %, 54 964 véhicules) et Dacia (+8,1 %, 16 574 voitures). Habituellement deuxième sur le marché français, le groupe Renault parvient même à dépasser PSA. La part de marché du groupe Renault s’élève à 30,6 %, contre 26,9 % pour son rival français.  

De son côté, PSA réduit ses pertes mais ne renoue pas encore avec la croissance. Ses immatriculations sont en baisse de 9,1 %, à 62 957 unités. Toutes les marques du groupe sont dans le rouge : Peugeot (-5,7 %, 34 508 unités), Citroën (-8,5 %, 20 934 unités), DS (-39,5 %, 2 174 voitures) et Opel (-14,2 %, 5 341 véhicules).

Sur les six premiers mois de l’année, pas d’embellie pour les deux groupes français. PSA est en chute de 39,5 % (232 937 voitures), de la même manière que Renault (-37,5 %, 187 078 unités).

Bilan contrasté pour les constructeurs étrangers

Volkswagen, premier importateur du marché, voit ses livraisons diminuer de 7,7 % (28 222 immatriculations) avec une part de marché en baisse (elle passe de 13,2 % à 12,1 %). Le groupe est ralenti par la marque VW (-14,1 %, 13 714 unités) et Audi (-11 %, 6 142 voitures) tandis que Seat (+0,9 %, 3 844 unités) et Skoda progressent (+20,1 %, 3 895 voitures).

Les compatriotes de Volkswagen connaissent plus de succès. BMW réalise la deuxième meilleure performance du marché avec des ventes en hausse de 37,5 % (9 018 voitures). Daimler enregistre une augmentation de 34 % (9 625 unités).

Les constructeurs américains affichent également un bilan contrasté. Fiat-Chrysler Automobiles (FCA), qui projette de fusionner avec PSA, voit ses immatriculations chuter de 39,7 % (6 360 véhicules). Le groupe italo-américain est pénalisé par Fiat (-36,9 %, 5 504 unités) et par Jeep (-56,9 %, 602 voitures). Le groupe Ford est plus en forme avec des immatriculations en hausse de 24,9 % à 9 810 voitures.

En Asie, Nissan ne bascule pas encore dans le vert. Le partenaire de Renault voit ses livraisons diminuer de 3 % (3 997 unités). Le groupe Toyota réussit mieux en mettant 12 290 voitures sur les routes françaises (+16,7 %).

Quelles sont les meilleure et pire performances ?

Dans ce marché perturbé par la crise du Covid-19, Suzuki réalise la meilleure performance du mois de juin. Le groupe japonais voit ses livraisons progresser de 55 % (4 082 unités). La pire performance revient en revanche à FCA avec des immatriculations en baisse de 39,7 %.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte