AgroParisTech va aider la RATP à végétaliser ses installations

AgroParisTech et le groupe RATP ont profité du salon de l’agriculture pour officialiser et prolonger sur cinq ans un partenariat autour de l’agriculture urbaine. A la clé, pour les étudiants : cas d’école, expérimentations en conditions réelles, stages et pourquoi pas des emplois ou la création de start-up.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

AgroParisTech va aider la RATP à végétaliser ses installations

"On attend beaucoup du partenariat avec la RATP", lance Christine Aubry, responsable de l’équipe de recherche agriculture urbaine à l’Inra et professeur consultant à AgroParisTech. Un partenariat tout frais, a en effet été signé pour 5 ans entre le Groupe RATP et AgroParitech, le 1er mars sur le Salon international de l’agriculture. Un accord cadre "où tout n’est pas fixé à l’avance", rappelle Gilles Trystram, directeur général de l’école. Mais qui fait suite à deux années de collaboration.

1,4 hectare de champs urbains

"On a déjà travaillé en commun sur la préfaisabilité de projets d ‘agriculture urbaine sur des bâtiments de RATP, notamment les centre de bus, explique Christine Aubry. Des études très importantes, car elles permettent de définir une méthodologie d’accompagnement d’organisation qui veulent intégrer l’agriculture urbaine." L’accord-cadre signé avec Agroparitech permettra d’aller plus loin, en explorant notamment des pistes d’économie circulaire, comme la récupération de chaleur émise par les installations de la RATP pour alimenter des serres, ou l’utilisation de l’eau pompée sous le métro pour des culture urbaines, éventuellement même dans les tunnels non exploités. "La RATP c’est la première entreprise qui nous a demandé de l’aider à concevoir des système de végétalisation sur son bati et dans ses installations. Elle amène des questions nouvelles à travers sa spécificité", précise Christine Aubry. Le potentiel de végétalisation, à horizon 2020, sur le domaine immobilier de la RATP (bâtiments tertiaires et industriels) est de 40 000 m² dont un tiers dédié à l'agriculture urbaine (soit 1,4 hectare environ).

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Financer des thèses

Autant d’opportunités de recherche qui pourront faire l’objet de cas d’études, d’ateliers voire de stages, pour la quinzaine d’étudiants de 3e années de la dominante agriculture urbaine, qui va être mutualisée avec l’AgroCampus d’Anger, "mais aussi peut-être dès la deuxième année", prévient Gilles Trystram. Pour Christine Aubry, l’enjeu est aussi de financer des thèses via l’école doctorale ABIES d’AgroParisTech, sachant qu’AgroParitech dispose aussi d’une chaire écoconception du bâti avec Vinci et a un partenariat avec la Ville de Paris.

Mais, outre la recherche, l’enjeu de l’accord-cadre avec la RATP est aussi la professionnalisation des étudiants dans le domaine de l’agriculture urbaine. "80% des étudiants de la 4e promotion agriculture urbaine ont trouvé un emploi dans le domaine", se félicite Christine Aubry. Le partenariat avec la RATP pourrait élargir le potentiel d’emploi, voire aider à la création de start-up en profitant de leur structure d’accompagnement, explique le directeur de l’école.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS