AGROALIMENTAIRENarvik double sa production et se diversifie

Partager

AGROALIMENTAIRE

Narvik double sa production et se diversifie

Bénéficiant d'une croissance annuelle de près de 10%, Narvik, le numéro 1 français de la transformation de saumon, devant Labeyrie, investit 40millions de francs dans le doublement de sa capacité de production. "De 2900tonnes de produits finis en 1993, nous allons passer à 5000tonnes en 1994", précise René Gad, le P-DG. Pour atteindre cet objectif, la construction de 2500mètres carrés couverts supplémentaires va très prochainement être entreprise sur le site actuel de 5000mètres carrés, à Landivisiau, dans le Finistère. L'usine sera opérationnelle en septembre prochain, c'est-à-dire quelques mois avant le boom de la saison hivernale. "40% de notre chiffre d'affaires est réalisé autour de Noèl, du jour de l'an et des fêtes pascales", explique René Gad, qui vise évidemment les marchés de consommation de masse. L'an dernier, les ventes de Narvik ont atteint 270millions de francs, essentiellement dans le circuit de la grande distribution, où l'entreprise assure déjà 16% des ventes de saumon fumé sous vide. Un créneau porteur, puisque 18millions de francs de bénéfice net ont été dégagés au cours de cet exercice.

Etendre la gamme aux produits d'été

D'autre part, le nouvel investissement permettra d'étendre la gamme proposée à des produits d'été, comme les terrines de poisson ou les salades de mer, ce qui réduira le problème de l'intersaisonnalité.

Pour assurer ces volumes supplémentaires, 40emplois seront créés. Ils s'ajouteront aux 265postes fixes de l'entreprise, dont l'effectif atteint 460personnes en haute saison. Ces postes seront créés exclusivement en production pour le contrôle de la découpe des saumons, qui sont filetés et tranchés mécaniquement avant fumage, conditionnement et expédition. René Gad va aussi profiter de cette extension pour engager une procédure de qualité complétée par un plan de formation des équipes. Il prévoit d'accorder une semaine par an de spécialisation à chacun de ses collaborateurs. Cette maîtrise de la qualité industrielle se retrouve au niveau de la matière première. La firme bretonne s'approvisionne à 80% auprès des éleveurs écossais et norvégiens, qui lui fournissent des produits frais. Les 20% restants sont achetés au Canada et concernent des saumons surgelés, stockés à leur arrivée dans un entrepôt frigorifique de 18000mètres carrés. Pour boucler la boucle, René Gad devrait aussi installer dans son usine de nouveaux moyens d'élimination des déchets en plastique, qui compléteront l'usine existante de prétraitement des eaux usées.





UNE CROISSANCE RAPIDE

Création de Narvik: 1988

Situation: A proximité de l'axe routier à quatre voies Brest-Rennes-Paris. A une vingtaine de kilomètres de l'aéroport Brest-Guipavas, qui assure six aller et retour quotidiens vers Paris.

Production

Première année d'exploitation: 350 tonnes de produits finis.

1993: 2900tonnes.

1994: 5000tonnes.

Progression des volumes supérieure à 10% par an.

Aides: Dossier d'aides à l'extension de l'usine pas encore bouclé. Narvik sollicitera la région et le conseil général.

Industries locales : Le Finistère concentre la plupart des transformateurs de saumon fumé avec Chevance à Poullaouen et Armoric (Groupe Ortiz-Miko) à Quimper.

Narvik est installée sur la zone industrielle du Vernis, où se trouve aussi Quéguiner (matériaux pour le bâtiment) et le groupe Even (salaisons).

USINE NOUVELLE - N°2450 -

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS