AGRO-ALIMENTAIRELES GLACES MENACEES PAR LES SURCAPACITESAyant doublé - par à-coups - en treize ans, le marché devrait voir sa progression marquer nettement le pas cette année.

Partager

AGRO-ALIMENTAIRE

LES GLACES MENACEES PAR LES SURCAPACITES

Ayant doublé - par à-coups - en treize ans, le marché devrait voir sa progression marquer nettement le pas cette année.

A l'approche de l'été, la même angoisse taraude les glaciers. La météo sera-t-elle de leur côté ? " Cette année, le démarrage de la saison a été exécrable ", souligne un industriel. Au premier trimestre, les ventes (consommation à domicile et détente) ont reculé de 6,2 % en volume. Pourtant, depuis plus d'une décennie, les fabricants ont investi régulièrement sur ce marché, qui pèse aujourd'hui 8 milliards de francs et a crû de 2 % en volume (4 % en valeur) en 1995, après une année 1994 record à + 11 % en volume. Signe qui ne trompe pas, les deux leaders Nestlé (Gervais) et Univeler ( Motta,Miko) en ont fait l'un de leurs axes stratégiques majeurs à l'échelle du globe. Unilever, avec plus de 15 % du marché mondial, avait de l'avance, notamment grâce à l'acquisition d'Ortiz Miko en 1993. Mais Nestlé a depuis comblé une partie de son retard par une série d'achats en Italie, en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Australie et, au début de cette année, au Danemark, où le groupe à repris Premier, numéro 2 local.

Une surenchère dans les innovations

Outre cette vague d'achats, le secteur reste marqué par une forte innovation (16 % des produits vendus ont moins de deux ans) " à laquelle le marché est extrêmement sensible ", selon Jean-Claude Morin, directeur de Boncolac (Pilpa). Ainsi, après trois ans de travaux par la méthode des plans d'expérience, Unilever vient de refondre sa gamme de bacs (Carte d'or), dont tous les aspects (goûts, texture, couleur, arômes...) ont été radicalement revus. A l'inverse, le quasi-échec des glaces au yaourt Yolka, lancées en 1994 par le joint-venture Danone-Unilever, ou les performances inférieures aux prévisions d'Häagen-Dazs ont montré que tout avait une limite! Reste que, notamment par de vigoureuses campagnes de publicité, les industriels sont en partie parvenus à dessaisonnaliser le marché français. Résultat, à 6 litres par habitant et par an, la consommation française s'est rapprochée de celles de ses voisins comme l'Allemagne (7 litres) ou la Grande-Bretagne (8 litres). Une envolée qui s'est traduite par de nombreux investissements industriels. Tant chez les grands fabricants, comme Mars (Dove) ou Unilever, qui, pour 300 millions de francs, s'est offert une nouvelle usine Miko, opérationnelle depuis fin 1995, que chez les industriels plus modestes, comme les trois principaux fabricants de marques distributeurs (avec Seges, du groupe Unilever), Girki à Vayres, Rolland à Landerneau, ou Boncolac, qui doit doubler la capacité de son site de Carcassonne pour 90 millions de francs. Une situation qui a conduit toutefois aujourd'hui à un net suréquipement industriel, qui, s'il ne se traduit pas par une guerre des prix, reste inquiétant à terme ", conclut un professionnel. Un souci que n'aura pas la marque américaine de haut de gamme et " décalée " Ben & Jerry's, qui fait son entrée en France. USINE NOUVELLE N°2553

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS