Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Agnès Buzyn veut rendre obligatoires 8 vaccins supplémentaires dès 2018

Astrid Gouzik , , ,

Publié le , mis à jour le 31/08/2017 À 10H47

Analyse La ministre de la Santé va proposer au Parlement de rendre obligatoires huit vaccins jusque-là recommandés, en complément des trois déjà obligatoires. Un moyen d'enrayer la recrudescence de certaines maladies infectieuses... mais aussi de répondre à l'ultimatum posé par le Conseil d'Etat en février dernier. Cette obligation devrait rentrer progressivement en vigueur à partir du 1er janvier 2018.

Agnès Buzyn veut rendre obligatoires 8 vaccins supplémentaires dès 2018
Les enfants de moins de deux ans devront, à partir de 2018, être vaccinés contre 11 maladies.
© LisaW123 - Flickr - c.c.

Agnès Buzyn a de nouveau affirmé vouloir rendre obligatoires 8 vaccins jusque-là recommandés. Dans une inteview données à CNews, la ministre précise vouloir les rendre obligatoires dès le 1er janvier 2018.

Déjà lors d'un point presse, début juillet, la ministre de la Santé a confirmé ce que le Premier ministre Edouard Philippe avait évoqué au cours de son discours de politique générale. Les enfants de moins de deux ans devront, à partir de 2018, être vaccinés contre, non plus trois, mais 11 maladies. Une décision qui "répond à une nécessité de santé publique", a-t-elle déclaré. La défiance de la population vis-à-vis des vaccins, et plus globalement de l’industrie pharmaceutique, et les allégations nombreuses sur les effets secondaires de ceux-ci ont eu ces derniers mois une conséquence tangible : "la réémergence de certaines maladies et cela a engendré des hospitalisations et des décès évitables", a souligné Agnès Buzyn. "Ces maladies transmissibles sont, en outre, particulièrement dangereuses pour les enfants et les personnes plus les fragiles : la vaccination n’est pas seulement un acte individuel, elle est également destinée à protéger son entourage.  Se faire vacciner permet de se protéger et de protéger les autres." En rendant ces vaccinations obligatoires, la France espère atteindre un taux de couverture suffisant pour ne pas voir ces maladies infectieuses se propager.

L'ultimatum du Conseil d'Etat

Mais surtout, en élargissant l’obligation vaccinale, la ministre de la Santé répond à l’injonction formulée en février dernier par le Conseil d’Etat. La plus haute juridiction de l’Etat demandait alors de prendre les mesures nécessaires pour rendre disponibles des vaccins correspondant aux seules obligations de vaccination (diphtérie, tétanos, polio).  Aucun vaccin ne correspondant à ces valences n’étant commercialisé en France (mais seulement dans un vaccin dit "hexavalent"), il demandait au ministre de la Santé de saisir les autorités compétentes pour les rendre disponibles dans les six mois. "Sauf à ce que la loi évolue en élargissant le champ des vaccinations obligatoires", glissait alors le Conseil d’Etat. Et c’est bien l’option qui a été retenue par Agnès Buzyn. Sur cette épineuse question, Marisol Touraine avait assuré, lors de la passation de pouvoir en mai, "avoir préparé un texte de loi"… mais qu’elle avait finalement laissé aux bons soins de son successeur.

Lire aussi notre enquête : L'insoluble équation des vaccins

Il faut dire que l’autre option, celle de rendre disponible le vaccin DTPolio, est fermement écartée par Sanofi (seul producteur de ce vaccin), depuis longtemps. "Impossible de reprendre la production de ce vaccin, scande-t-on chez le français. Non seulement il ne correspond pas à nos standards de qualité, mais il ne dispose plus d’autorisation de mise sur le marché (AMM)". Plus précisément, son AMM est "archivée" depuis juin 2011. Ce qui signifie, en clair, que son titulaire (Sanofi) n’a pas demandé son renouvellement, et non que son AMM lui aurait été retirée par l’Agence nationale de sécurité du médicament. Quant à l’éventualité de développer un nouveau vaccin contre ces trois maladies, "il faudrait une dizaine d’années", estime le laboratoire, pour qui il n’est pas question de redéposer une demande de renouvellement. "Ce vaccin datait des années 1940. Depuis les années 1980, de nouveaux vaccins avaient été développés pour répondre aux préconisations du calendrier vaccinal", explique un porte-parole de Sanofi Pasteur.

24 000 cas de rougeole en France entre 2008 et 2016

Désormais, les enfants de moins de deux ans devront donc être vaccinés contre la diphtérie, la poliomyélite, le tétanos, mais aussi contre l’haemophilius influenzae B (bactérie provoquant notamment des pneumopathies et des méningites), la coqueluche, l’hépatite B, la rougeole, les oreillons, la rubéole, le méningocoque C (bactérie provoquant des méningites), le pneumocoque (bactérie provoquant notamment des pneumopathies et des méningites). Des maladies contre lesquels une majorité de parents prémunissaient déjà volontairement leurs enfants. Selon les données de l’Institut de veille sanitaire, le taux de couverture vaccinale pour ces maladie en 2015 pour les enfants de 24 mois étaient de :
98,6% pour la coqueluche
88,1% pour l’Hépatite B
98% pour l’haemophilius influenzae B
78,8% pour la rubéole, les oreillons et la rougeole (2 doses)
91,4% pour le pneumocoque
69,8% pour le méningocoque C

"Depuis l’introduction de la vaccination, les infections invasives à haemophilus influenzae de type B ont baissé de plus de 95% alors que l’on observait près de 600 cas par an auparavant", a illustré Agnès Buzyn. "En ce qui concerne la rougeole, la couverture vaccinale à 2 ans est de 78% alors que, tant qu’elle n’atteindra pas le niveau de 95 %, le risque de vagues épidémiques périodiques persistera. Entre 2008 et 2016, plus de 24 000 cas de rougeole ont été déclarés en France. Près de 1 500 cas ont présenté une pneumopathie grave, 34 une complication neurologique et 10 sont décédés".

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

01/09/2017 - 22h46 -

Michel Georget - agrégé de biologie : Réponses aux vaccins en fonction de notre système immunitaire HLA : - HLA B13 et B44 ne répondent pas au vaccin contre la rougeole. - HLA DR7 entraîne une faible réponse au vaccin anti-hépatite B. - HLA DR3 prédispose à des réactions explosives à toute stimulation immunitaire. - HLA DR6 inhibe la réponse à l’anatoxine diphtérique. - AW 24 et B5 sont de mauvais répondeurs au vaccin contre la rubéole … Source : « L’apport des vaccinations à la santé publique ; la réalité derrière le mythe » de Michel Georget – agrégé de biologie - pages 114 et 115.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus