Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Afyren ouvre sa première usine avec le soutien de Bpifrance

, ,

Publié le

Afyren, producteur de biomolécules issues de la revalorisation de biomasse non-alimentaire, et le fonds SPI géré par Bpifrance, investissent 50 millions d’euros dans une joint-venture industrielle, qui doit permettre la création de 60 emplois.

Afyren ouvre sa première usine avec le soutien de Bpifrance
Pilote Afyren chez Cristal Union (mars 2017)

Afyren et le fonds "Société de Projets Industriels" (SPI), géré par Bpifrance, investissent 50 millions d’euros dans une joint-venture industrielle, Afyren Neoxy. Cette première filiale industrielle d’Afyren sera dédiée à la production, à partir de produits issus de l’industrie sucrière, d’acides organiques pouvant être utilisés dans de multiples applications, notamment dans les domaines de la cosmétique, les arômes et parfums, la nutrition humaine et animale ou encore la chimie fine.

Cette société portera la première usine issue de la technologie de production de biomolécules d’Afyren, qui a passé avec succès en 2018 une ultime étape pré-industrielle en validant l’efficacité de ses procédés biologiques, non OGM et zéro-déchets. Cet accord intervient après la levée de fonds de 21 millions d’euros, réalisée en janvier 2019 par Afyren, et s’inscrit dans le cadre du programme de financement global de 60 millions d’euros qui doit permettre à l’entreprise de mener son projet industriel jusqu’à la commercialisation. Le fonds SPI investira 23 millions d’euros pour détenir 49% du capital de la joint-venture.

Doté de 800 millions d’euros, le fonds SPI prend des participations en minoritaire dans des sociétés de projet créées en partenariat avec des industriels. Le ticket  va de 10 à 160 millions d’euros. Ce fonds est financé par le Programme d’Investissement d’Avenir (PIA) et la Banque Européenne d'Investissement (BEI) et géré par Bpifrance. "L’ADN du fonds SPI est de créer des emplois industriels dans l’innovation et l’économie verte. Afyren coche toutes ces cases. C’est notre quatrième dossier dans la chimie verte", indique Eric Lecomte, directeur d’investissement du SPI.

Produire 16 000 tonnes d’acides organiques

La nouvelle usine sera basée sur la plateforme Chemesis de Carling-St Avold en Moselle. Elle bénéficiera notamment de synergies industrielles avec deux des principaux opérateurs de la plateforme : Total Petrochemicals France et Arkema. Le projet contribuera à la réindustrialisation du territoire et au développement de la chimie verte sur la plateforme industrielle qui accueille des activités de chimie de spécialité, de gaz industriels et de matériaux composites. Il devrait générer la création de 60 emplois directs d’ici 2021. Il bénéficie des soutiens financiers de Total Développement Régional, de la région Grand-Est et de la Communauté d’Agglomération Saint-Avold Synergie.

"Cette association avec Bpifrance nous apporte à la fois les moyens financiers pour industrialiser notre technologie et la confiance d’une grande institution qui sera un levier clé pour favoriser notre développement. Le choix de l’implantation à Carling-St Avold est stratégique car nous y trouvons non seulement un site évolutif, une main d’œuvre qualifiée ainsi qu’une ressource en matières premières quasi-inépuisable à proximité tout en nous rapprochant de nos clients", explique Nicolas Sordet, président d’Afyren.

L’usine verra le jour en 2021. Elle a vocation à produire 16 000 tonnes d’acides organiques par an et de générer un chiffre d’affaires d’environ 35 millions d’euros. L’ambition d’Afyren est de croître rapidement en France et en Europe. "Nous enregistrons déjà une forte demande de nos partenaires industriels", confie Nicolas Sordet. Fondée en 2012 par Régis Nouaille et Jérémy Pessiot, Afyren réunit aujourd’hui 15 collaborateurs sur ses sites de Lyon et Clermont-Ferrand. L’entreprise est accompagnée dans son développement par le Conseil Régional d’Auvergne, la Région Grand Est, Bpifrance, le FEDER et l’ADEME.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle