Afrique du Sud: Ramaphosa dénonce une vague de violences orchestrée

JOHANNESBURG (Reuters) - Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a prévenu vendredi qu'il n'autoriserait pas "l'anarchie et le chaos" s'installer en Afrique du Sud après la vague de pillages selon lui "orchestrée" qui a secoué le pays ces derniers jours et fait plus de 200 morts.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Afrique du Sud: Ramaphosa dénonce une vague de violences orchestrée
Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a prévenu vendredi qu'il n'autoriserait pas "l'anarchie et le chaos" s'installer en Afrique du Sud après la vague de pillages selon lui "orchestrée" qui a secoué le pays ces derniers jours et fait plus de 200 morts. /Photo prise le 16 juillet 2021/REUTERS/Rogan Ward

Lors d'un déplacement dans la région de Durban, le chef de l'Etat a laissé entendre que ces violences, qui ont éclaté après l'incarcération de l'ancien président Jacob Zuma, condamné à quinze mois de prison pour outrage à la justice, avaient été fomentées par des individus actuellement recherchés par les autorités. Il n'a pas donné de détails.

Cyril Ramaphosa a également appelé ses compatriotes à ne pas se ruer dans les magasins, assurant que le pays n'était confronté à aucune pénurie.

"Depuis le pic des troubles lundi et mardi, le nombre d'incidents a fortement diminué et le calme est revenu dans la plupart des régions", a encore dit le président sud-africain, selon qui 161 centres commerciaux, 11 entrepôts, 8 usines et 161 magasins d'alcools ont été endommagés lors des émeutes.

(Reportage Olivia Kumwenda-Mtambo, Wendell Roelf, Promit Mukherjee et Nqobile Dludla; version française Jean-Stéphane Brosse)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS