Affaire Volkswagen : des réactions mesurées de la part des professionnels de l'automobile

L’affaire de tricherie sur les contrôles des émissions des véhicules de Volkswagen déclenche des réactions. Chez les professionnels, elles sont plutôt mesurées.

 

Partager

Alors que l’action de Volkswagen perdait 20 % ce mardi 22 septembre, à la Bourse de Francfort, suite à l’annonce d’une provision de 6,5 milliards passé par le groupe allemand après la découverte d’une fraude aux contrôles des émissions sur ses véhicules aux Etats-Unis, les réactions commencent à affluer.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

En France, interrogé sur Europe 1, le ministre des Finances Michel Sapin a estimé qu’une enquête était nécessaire "au niveau européen". Le ministre juge qu’il paraît nécessaire pour rassurer les citoyens, de mener également des contrôles sur les autres constructeurs. "Puisqu’on le fait pour Volkswagen (..) Il me paraît nécessaire de le faire aussi pour les constructeurs français mais je n’ai pas de raison particulière de penser que les constructeurs français se seraient conduit comme Volkswagen". Le Ministre de l’Economie, Emmanuel Macron devrait quant à lui se prononcer « dans les prochaines heures » sur une éventuelle enquête en France sur le constructeur allemand.

Pour l’ONG International Council on Clean Transportation, il n’est pas exclu que le constructeur allemand ait eu recours aux mêmes technologies en Europe pour dissimuler les émissions réelles de ses voitures. "Il appartient aux régulateurs de déterminer s’ils sont oui ou non en présence d’un logiciel trompeur, comme aux Etats-Unis" affirme un porte-parole.

La Commission européenne a estimé de son côté que des mesures de surveillances immédiates en Europe étaient "prématurées" explique un porte-parole, interrogé par l’AFP. Le BEUC, regroupement d’associations européennes de consommateurs, demande dans un courrier adressé aux trois Commissaires européens en charge du Marché intérieur et l’Industrie, de l’Action sur le Climat et l’Energie et sur les Transports, une enquête au niveau européen pour vérifier si d’autres constructeurs n’ont pas utilisé le même système. « L’association italienne Altro consumo, membre du BEUC, a réalisé l’an dernier des tests sur la Golf. Les résultats montraient une consommation d’essence 50 % supérieure aux chiffres déclarés par Volkswagen » rappelle le communiqué du BEUC. Il explique qu'une action collective a été lancée il y a quelques mois, et doit être examinée par une cours de justice italienne le mois prochain. Pour le BEUC, l’Union européenne manque d’un système de surveillance incluant des tests sur route indépendants.

"Nouvelle procédure"

Le groupe PSA Peugeot Citroën a été l’un des premiers constructeurs à répondre : « PSA respecte les procédures d’homologation en vigueur dans tous les pays où il opère » affirme un porte-parole. Le groupe veut une nouvelle procédure d’homologation des véhicules. « Cette nouvelle procédure sera beaucoup plus représentative, aussi bien en émission qu’en consommation, des usages réels des clients » explique un porte-parole à Reuters. Côté Renault, « Nous ne commentons pas cette affaire car le marché américain et son cycle d’homologation ne nous touchent pas directement. Le Groupe Renault ne triche ni avec les normes, ni avec leur esprit » explique un porte-parole de Renault. A la Bourse de Paris, les actions des constructeurs Renault (-7,41 %) et PSA (-9,75 %), ainsi que des équipementiers Valeo (-5,41 %) et Faurecia (-7,49 %) ont ouvert ce matin en forte baisse. Interrogé dans la journée par Bloomberg sur les répercussions sur le secteur automobile, Carlos Ghosn s’est déclaré « pas si inquiet que ça », indiquant que les constructeurs devaient faire montre de transparence.

Dans un communiqué, le CCFA (Comité des constructeurs français d’automobile) explique que "les constructeurs français approuvent l’initiative du Ministre des Finances pour une enquête européenne sur le contrôle des émissions des véhicules. Celle-ci permettra de confirmer que les constructeurs français respectent les procédures d'homologation en vigueur dans tous les pays où ils opèrent. De plus, les constructeurs français soutiennent la mise en place de tests européens de RDE (Real Driving Emissions) qui permettront de valider, sur route, dès 2017, les mesures effectuées en laboratoire".

Difficile de dépasser ces réactions officielles ."Il ne faut pas condamner les constructeurs, explique un ingénieur chez un grand équipementier mondial. On ne peut pas leur reprocher la norme qui a été établie et leur demander de tester leurs véhicules selon cette norme. Par ailleurs, le cycle d’homologation actuel, au moins en Europe, est très bien connu, avec des conditions très particulières. Par exemple, la voiture doit avoir une température de 20°. Les Etats-Unis utilisent un autre cycle. Demain le cycle WLTP sera commun à tous. En 2017 doit être aussi introduit le test Real Drive Emission (RDE), avec des conditions qui se rapprochent de la conduite en conditions réelles. Seuls les constructeurs qui auront choisi les technologies les plus efficientes passeront ces tests".

Pauline Ducamp et Patrick Déniel (avec Reuters)

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUR LE MÊME SUJET
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    VALEO
ARTICLES LES PLUS LUS