L'Usine Auto

Affaire Renault : Patrick Pélata se justifie, la CGT hausse le ton

Publié le

Dans un blog interne à l'entreprise, le n°2 de Renault, Patrick Pélata, développe le point de vue de la direction et s'explique sur le licenciement des cadres incriminés. La CGT s'oppose fortement à tous ses arguments et diffuse le document sur le Web.

Affaire Renault : Patrick Pélata se justifie, la CGT hausse le ton © D. R.

Sommaire du dossier

L'entreprise "doit se protéger dès que le risque est élevé. Au risque de l'injustice." Cette phrase de Patrick Pélata sur un blog de l'intranet de Renault a fait bondir la CGT. Le syndicat dénonce un argumentaire "inadmissible".

"Vous ne dites pas autre chose que l'entreprise est en dehors des lois et qu'elle peut elle-même faire sa propre justice. C'est gravissime et malheureusement révélateur de votre conception de l'entreprise", répond au directeur général le premier syndicat de Renault. Pour étayer son point de vue, la CGT a diffusé le texte signé par le dirigeant, pourtant prévu pour un usage interne.

Un rapide mea culpa

Patrick Pélata reconnaît que "le personnel de Renault, surtout en France et dans l'ingéniérie, est ébranlé". Il promet une "amélioration des pratiques managériales".

La CGT veux aller plus loin. Partant du même constat, "les conditions ne sont pas réunies pour construire un climat de confiance", le syndicat demande une évolution plus profonde du management. "Il y a nécessité d’aborder sérieusement l’ensemble du fonctionnement de l’entreprise" peut-on lire dans le communiqué.

"Remettre l’entreprise sur les bons rails, c’est replacer à sa juste place le rôle et la place de chacun et admettre que les salariés ne peuvent pas être les seuls à faire des concessions." Le syndicat fait pression sur sa direction, déjà fragilisée.

Ce conflit interne, conséquence directe de l'erreur de la direction, pourrait faire des victimes. L'Etat, premier actionnaire du groupe (15%), a laissé entendre que des dirigeants allaient devoir tomber.

Un responsable de la sécurité dévoile les dessous de l'affaire

Marc Tixador, ancien responsable de la lutte contre les fraudes chez Renault, a donné une interview au Parisien. Il y donne de nouvelles informations sur le déroulé de l'affaire, et s'étonne du rôle joué par dominique Gevrey, son collègue. Marc Tixador est suspendu, et convoqué par sa direction pour un entretien préalable à son licenciement.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte