Affaire Renault, le temps de la refondation

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Affaire Renault, le temps de la refondation

Des excuses publiques, des négociations financières à venir et un audit complet des processus de l’entreprise. Voilà ce que Carlos Ghosn a promis pour permettre aux trois salariés injustement incriminés de tourner la page. C’est une réponse très technique à une affaire aux conséquences essentiellement humaines. Nous l’avons déjà écrit ici, les dommages collatéraux de l’affaire Renault seront multiples. Et il n’est pas sûr que les excuses publiques des dirigeants ou le plan d’action (même approuvé à l’unanimité par le conseil d’administration), suffisent à tourner définitivement la page de cet événement. Les précédents épisodes de l’Affaire nous l’ont appris : nous ne sommes pas à l’abri de nouvelles révélations…

Mais cette rocambolesque histoire peut être également une chance pour le constructeur. Paradoxalement, elle pourrait lui permettre de se réinventer. Mise en minorité au sein de l’alliance avec Nissan par un plan produit raté et des ventes décevantes, embarquée dans le pari risqué de la voiture électrique comme aucun constructeur sur la planète, la marque au losange pourrait puiser dans cette crise les ressorts nécessaires à son indispensable refondation.

Cette relance passe d'abord et avant tout par les hommes et les femmes, techniciens ou ingénieurs, qui quotidiennement font avancer l'entreprise. Auprès d'eux, le top management devra reconstruire la confiance. Dans les usines, dans les centres R&D, en France ou à l’étranger, les dirigeants du losange vont devoir prendre leur bâton de pèlerin pour purger définitivement les scories de cette histoire. Et redéfinir les processus de sécurité ou réorganiser les RH ne suffira pas ! Il faudra aussi accepter de s’aventurer sur le terrain de la psychologie. Pourquoi ? Tout simplement pour permettre au groupe de mettre des mots sur cet événement traumatique, pour leur permettre de mettre en oeuvre le phénomène de résilience. Cette résilience ne se fera qu’au prix du dialogue et de la transparence. La question est de savoir si les dirigeants actuels ont conservé suffisamment de crédit en interne pour mener à bien ce travail.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS