Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

[Affaire Ghosn vue du Japon] "Il faut séparer la situation de l’homme de celle de l’entreprise", pour Agnès Pannier-Runacher

Solène Davesne , , ,

Publié le

En déplacement au Japon, la secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie Agnès Pannier-Runacher a évoqué l’affaire Carlos Ghosn, le patron de l'alliance Renault-Nissan, avec son homologue du ministère de l’Industrie japonais.

[Affaire Ghosn vue du Japon] Il faut séparer la situation de l’homme de celle de l’entreprise, pour Agnès Pannier-Runacher
La secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie a évoqué l’affaire Carlos Ghosn avec son homologue du ministère de l’industrie japonais.

Les entreprises citées

L'affaire Carlos Ghosn - le dirigeant de Renault et Nissan arrêté le 19 novembre au Japon et lâché par Nissan - occupe Agnès Pannier-Runacher, la secrétaire d'État auprès de Bruno Le Maire actuellement en visite au Japon, beaucoup plus que prévu. Le sujet a été évoqué avec les autorités japonaises qu'elle a rencontrées dans la journée du 20 novembre, notamment le vice-ministre du commerce et de l'industrie, Yoshihiro Seki.

L'inquiétude de l'opinion publique japonaise

"Les autorités japonaises nous ont fait part de leurs regrets et ont mentionné leur attachement à la stabilité de l'Alliance", a-t-elle déclaré au cours d'une conférence de presse pendant son déplacement. L'opinion publique japonaise, qui avait porté Carlos Ghosn aux nues quand il a redressé Nissan, est aujourd'hui inquiète, selon le ministère japonais.

L'ambassadeur de France au Japon au chevet de Carlos Ghosn

Le gouvernement français préconise désormais la mise en place d'une direction intérimaire chez Renault le temps que la lumière soit faite. Agnès Pannier-Runacher a répété que l'instruction japonaise était secrète et qu'elle ne disposait pas d'information supplémentaire. Laurent Pic, l'ambassadeur de France au Japon, a toutefois pu rendre visite à Carlos Ghosn pendant sa détention, en vertu de la protection consulaire des citoyens français à l'étranger.

Le gouvernement français reste mobilisé sur le dossier. Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a eu au téléphone son homologue japonais Hiroshige Seko, le ministre de l'Industrie, dans la matinée du mardi 20 novembre, heure française.

Sa secrétaire d'Etat se veut rassurante quant à l'avenir du constructeur automobile français Renault. "L'alliance a permis à trois grandes entreprises, ensemble, de devenir un leader mondial, rappelle Agnès Pannier-Runacher. Il faut séparer la situation de l'homme, qui bénéficie de la présomption d'innocence mais ne peut plus diriger le groupe, de celle de l'entreprise et de ses employés."

Arnaud Dumas, à Tokyo

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle