Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Affaire Cahuzac : pourquoi elle concerne aussi les patrons

,

Publié le

Les aveux de Jérome Cahuzac constituent un choc immense... Qui pourrait avoir des répercussions bien au-delà de la sphère politique.

Affaire Cahuzac : pourquoi elle concerne aussi les patrons © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Depuis hier soir, une petite musique malsaine se joue en France. La faute d'un seul homme donne une occasion rêvée aux extrêmes de droite et de gauche de jeter le discrédit sur tous nos dirigeants en sifflant leur air favori, celui du "tous pourris".

A priori, la sphère économique n'est pas concernée par ce scandale. Mais doit-elle pour autant regarder de loin ce qui se joue autour de l'affaire Cahuzac ? Je ne le pense pas. L'entreprise et ses dirigeants doivent analyser et suivre de près ce qui se trame dans ce dossier. Car il révèle à nouveau la coupure qui est en train de s'opérer entre l'opinion publique (le peuple et donc les salariés) et leurs élites. Quand les premiers s'estiment victimes d'une crise dont ils ne maîtrisent ni les causes ni les effets, les seconds jugent que la France est un pays qui ne les valorise pas assez, dont le seul souci est de les punir de leur réussite en les taxant toujours plus.

Le décalage est de plus en plus choquant.  Et, à sa manière, Fabrice Brégier, le PDG d'Airbus, l'avait pointé dans un entretien accordé aux Echos il y a quelques semaines : "La France n'a plus confiance en ses élites politiques et économiques. Le sens de l'intérêt général s'estompe." La phrase pourrait être aussi inversée : les élites politiques et économiques ont-ils encore confiance en la France ? Si oui, ils doivent le montrer. Par leur exemplarité et en acceptant, sans (trop) broncher les efforts symboliques qui leur sont demandés. Ce n'est qu'en faisant ce sacrifice qu'ils pourront couvrir l'air du "tous pourris".

Thibaut De Jaegher

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

04/04/2013 - 09h43 -

"...les seconds jugent que la France est un pays qui ne les valorise pas assez..." Typique d’un raisonnement où seul l’argent compte. Etre ministre ou grand patron, cela ne valorise pas assez. Non, il faut pouvoir accumuler le plus possible d’argent et échapper au fisc par tous les moyens. Triste mentalité.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle