Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Aerospace Valley joue à fond l'interrégionalité

Publié le

Depuis plus d'un an, les deux régions travaillent ensemble pour conforter leur leadership mondial en aéronautique, espace et systèmes embarqués.

" L'Aerospace Valley est actuellement le seul pôle de compétitivité interrégional à s'être doté d'une gouvernance unique aux deux régions concernées », se félicite Jean-Marc Thomas, président du pôle Aerospace Valley, du nom de l'association de gouvernance du pôle. Une structure « unique » pour maintenir la cohésion entre Aquitains et Midi-Pyrénéens. Mais une démarche pas aussi évidente quand on connaît les rivalités historiques...

Toutefois, « Les industriels de l'aéronautique du Sud-Ouest avaient déjà l'habitude de travailler ensemble au sein du Centre national de recherche technologique Aéronautique et Espace », souligne François Jouaillec, directeur du CNRT. De leurs côtés, les deux conseils régionaux et les équipes des deux agences de développement (2ADI et Midi-Pyrénées Expansion) montent régulièrement des opérations, comme le stand commun au Salon du Bourget. Dès octobre 2004, Jean-Marc Thomas, président d'Airbus France et président du CNRT Aéronautique et Espace, a pris l'initiative de mobiliser des industriels de la filière, des représentants du Cnes et de l'Onera et des collectivités locales de Midi-Pyrénées. Il décide alors de prendre contact avec l'Aquitaine, où s'organise également une candidature « aéronautique/espace », autour de Pierre-Eric Pommellet, directeur de la division militaire de Thales Avionics. Ensuite, tout va très vite.

Dès le 6 janvier 2005, une première réunion est organisée symboliquement à Agen et un rapprochement est acté. Avec plus de 1 200 établissements, 94 000 emplois dans l'industrie et 8 500 dans la recherche, Aquitaine et Midi-Pyrénées se positionnent d'emblée comme 1er bassin européen, devant l'Ile-de-France, dans les domaines de l'aéronautique, de l'espace et des systèmes embarqués.

De cinq thématiques initiales pour l'Aquitaine et six pour Midi-Pyrénées, le dossier commun retient au final neuf domaines d'activités stratégiques (DAS). L'animation de chacun de ces DAS est confiée à un binôme industriel (un Aquitain et un Midi-Pyrénéen).

16 Aquitains et 17 Midi-Pyrénéens au conseil

Le 13 juillet, dès le lendemain de la labellisation du pôle, les statuts de l'association Aerospace Valley sont déposés et un secrétariat exécutif de préfiguration est mis en place associant Airbus France, Thales, l'Université de Bordeaux 1, le Cnes (Toulouse) et les deux agences régionales de développement. Lors de l'assemblée constitutive du 21 octobre, 440 adhérents étaient présents, organisés en sept collèges : grands groupes, PME-PMI, enseignement supérieur, recherche, collectivités locales/territoriales, structures de développement, organisations professionnelles et partenaires associés.

Une journée est nécessaire pour permettre à chaque collège d'élire ses représentants à un Conseil d'administration et d'élire un bureau de six personnes, confortant Jean-Marc Thomas à la présidence du pôle et Pierre-Eric Pommellet à sa vice-présidence. Soit trois Toulousains et trois Aquitains : un équili-bre qui se retrouve dans le Conseil d'administration de 33 membres, tout en respectant une représentativité des trois filières concernées et des milieux de l'industrie, de la recherche et de l'enseignement.

« L'association doit maintenant mener de front la mise en place d'une structure permanente et le soutien des premiers projets de recherche technologique qui sont déjà en demande de financements publics », précise Jean-Marc Thomas.

Avec un budget 2006 de 1,5 million d'euros, l'association doit assurer le développement des projets au sein des DAS, la communication et la promotion du pôle, l'assistance à maîtrise d'ouvrage pour de grands projets (développement de l'Aerospace Campus à Toulouse, création d'un centre de démantèlement d'avions à Tarbes ou structuration d'un Pôle Aéronautique autour de Turbomeca, à Bordes).

Déjà 36 projets de recherche technologique ont été identifiés. Ils mobiliseront globalement 480 millions d'euros sur trois ans (soit une moyenne de 160 millions par an), dont plus de 50 % des financements seront supportés par les industriels. Ils attendent maintenant de l'Etat qu'il mette rapidement en place ses propres mécanismes de financement... 1

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle