AERONAUTIQUEComment Aérospatiale et Matra préparent leur fusion éclairAprès un accord bouclé en un mois, Aérospatiale et Matra comptent se rapprocher, en neuf mois, dans l'aéronautique et la défense. La nouvelle organisation s'esquisse.

Partager

AERONAUTIQUE

Comment Aérospatiale et Matra préparent leur fusion éclair

Après un accord bouclé en un mois, Aérospatiale et Matra comptent se rapprocher, en neuf mois, dans l'aéronautique et la défense. La nouvelle organisation s'esquisse.



La priorité d'Aérospatiale, il y a deux ans ? Son mariage avec Dassault Aviation. Son credo, l'an dernier ? Réussir au plus vite la transformation d'Airbus. Mais, cet été, la chronologie des restructurations a encore changé pour le groupe public. L'avionneur militaire garde pour l'instant son indépendance ; la création de la société unique Airbus prend plus de temps que prévu ; et c'est le rapprochement avec le pôle de haute technologie de Lagardère qui prime désormais. La constitution d'un numéro 4 mondial de l'aéronautique (81 milliards de francs de chiffre d'affaires en incluant la future part dans Dassault Aviation), Yves Michot, l'actuel président d'Aérospatiale, la voit " d'ici à la fin du premier trimestre de 1999 ". Un comité Matra-Aérospatiale, composé de cinq représentants de chaque bord, réfléchit aux nouvelles règles de direction et à la future organisation, ont annoncé conjointement les deux groupes la semaine dernière. Quelques grandes lois de pilotage du nouvel ensemble se dégagent peu à peu. A l'évidence, il faudra tenir compte des nombreux liens capitalistiques des deux sociétés. Environ 80 % de leurs chiffres d'affaires cumulés sont réalisés en partenariat. On s'achemine donc vers une probable structure de directoire avec conseil de surveillance - la mieux à même d'assurer une représentation des divers partenaires. " Avec leurs nombreux joint-ventures, les deux sociétés ont déjà l'habitude de partager le pouvoir ", dédramatise Yves Michot. Avec 33 % maximum de l'ensemble, donc sans minorité de blocage, Lagardère, partenaire industriel privilégié et premier actionnaire privé, devrait obtenir le beau rôle.

Possibilité d'une prise de pouvoir de Matra

" Aujourd'hui, il y a un pilote dans l'avion, c'est Yves Michot, observe Philippe Camus, cogérant du groupe Lagardère et P-DG de Matra Hautes Technologies. Mais, à l'avenir, la société sera dotée d'un management privé banal, sans intervention de l'Etat. " Jean-Luc Lagardère a l'habitude, en effet, de nommer personnellement ses plus proches lieutenants. La question inquiète suffisamment pour avoir été soulevée cet été, en " conseil de guerre ", par le premier cercle des dirigeants d'Aérospatiale. " On se rend bien compte que Matra peut prendre le pouvoir, expose l'un des participants. Il n'y aura pas deux directeurs pour le même poste, mais nous avons décidé qu'il était essentiel de réaliser cette fusion, quitte à y laisser des plumes... " La gestion de la future Aérospatiale, fusionnée avec Matra Hautes Technologies, société de droit privé, doit rassurer et attirer rapidement des investisseurs. Un dossier d'introduction en Bourse sera présenté au second semestre de 1999. Philippe Camus promet que l'entreprise sera " gérée comme une entreprise privée en maximisant sa profitabilité ". La marge opérationnelle de 4 % attribuée au nouvel ensemble est jugée insuffisante. Au départ, Aérospatiale-Matra contrôlera des filiales spécialisées par métiers. Certaines ne sont pas encore nées. La distinction, effectuée par Aérospatiale, entre les avions civils du balistique-transport spatial et les missiles ne sera effective que le 1er janvier prochain. Mais cette organisation elle-même, on le sait déjà, n'est pas gravée dans le marbre, puisqu'elle doit favoriser les alliances. L'enjeu d'intégration industrielle se limite aux missiles, dernier terrain de guerre commerciale entre les deux groupes depuis l'apport des satellites d'Aérospatiale à Thomson-CSF. Aérospatiale étant surtout étiquetée " sol-air " et Matra " air-air ", les deux entités missiles vont coexister dans les premiers temps. Les modalités de rapprochement doivent être soumises à British Aerospace, le partenaire de Matra à 50 %. Fabrice Brégier, le jeune patron de Matra BAe Dynamics (MBD), défend l'idée d'une organisation intégrée, comme celle qu'il a lancée en avril dernier au sein du joint-venture franco-britannique. Un comité exécutif composé de responsables des deux origines piloterait. A côté de la constitution, en comparaison, des sociétés binationales déjà mises sur pied par les deux groupes, telles que MBD, Matra Marconi Space ou Eurocopter, une fusion entre français paraît plus simple et plus rapide. Même si le choc de deux cultures reste imprévisible.



Boeing : Quitte ou double pour Alan Mulally

Chez Boeing, Alan Mulally, qui accède au pied levé à la direction d'une division commerciale dans la tourmente, a beaucoup à perdre dans cette nomination, mais peut-être encore plus à gagner. Cet ingénieur de l'aérospatiale diplômé en gestion du MIT a joué un rôle déterminant dans la réussite du lancement du 777. En 1997, il est devenu président de la branche " espace et défense ". Ce qui l'a protégé d'une usure prématurée...

Si Alan Mulally, en qui l'on voyait le successseur du président Philip Condit et qui a refusé la direction de Raytheon, se retrouve en première ligne, c'est d'abord pour satisfaire Wall Street. Mais l'avenir de Boeing n'inquiète pas outre mesure, et, s'il maîtrise les problèmes d'adaptation à court terme, tous les espoirs lui sont permis.

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS