L'Usine Maroc

Aéronautique : les A380 d'Emirates n’atterriront pas (encore) à Casablanca

,

Publié le , mis à jour le 30/11/2016 À 16H33

Les autorités marocaines ont repoussé la date d'ouverture de la ligne Dubaï-Casablanca pour la compagnie aérienne Emirates pour cause d'infrastructure insuffisante à l'aéroport de Casablanca, mais pas que... Ce sera à partir de mars 2017.

Aéronautique : les A380 d'Emirates n’atterriront pas (encore) à Casablanca © DR

Reportée. La ligne Dubaï - Casablanca d'Emirates sur A380 ne verra pas le jour avant mars 2017. C'est la décision prise par les autorités marocaines. Elles répondent ainsi au souhait de la compagnie aérienne Emirates de faire atterir dès fin novembre le fleuron de sa flotte, l'A380. Emirates s'est dit "déçue" par cette décision rapporte dans un communiqué publié lundi, l'Office national des aéroports (ONDA) du Maroc.

L'Office marocain reconnait avoir été "sollicité" par Emirates pour "l'autorisation de l'accueil de l'avion A380 à partir de fin novembre 2016 sur l'aéroport Casablanca Mohammed V".

Selon cet organisme public, des "contraintes techniques et d'exploitation", ne permettent pas à l'aéroport de Casablanca d'être habilité à recevoir l'A380 avant "la fin de mars 2017". L'ONDA, se dit par ailleurs "conscient de l'importance et l'atout" d'accueillir le plus gros porteur commercial au monde.

La compagnie émiratie de son côté, a souligné dans un communiqué, "ne pas avoir reçu l'autorisation  de mettre en service son gros porteur vers Casablanca," malgré le fait d'avoir satisfait les conditions nécessaires pour utiliser l'aéroport Mohammed V.

"Déçue" et même "perplexe" quant à la raison avancée, la compagnie Emirates n'a pas manqué de réaffirmer sa volonté de faire voler son avion ultramoderne dans le ciel chérifien.

La presse marocaine s'interroge sur les motivations de la réponse des autorités marocaines. L’Économiste rapporte ainsi que la compagnie Qatar Airways "attend" que la RAM "se sente prête" pour faire entrer prochainement la société qatarie dans son capital. Et à ce sujet, Akbar Al Baker, PDG du groupe, a manifesté devant la presse marocaine son intérêt pour ce projet et se montre prêt à le faire aboutir à hauteur de la participation qui conviendra à l’Etat marocain, et qui ne pourra qu’être minoritaire. Le Desk de son côté pose la question de savoir si les Emirates ne se retrouveraient pas face à un lobby RAM-ONDA-Qatar Airways.

Avec ces rapprochements, les liaisons entre le Maroc et les pays du Golfe se densifient. Ainsi, la RAM assure déjà, une liaison régulière Casablanca-Doha avec trois vols par semaine. Elle envisage une quatrième fréquence dès décembre et une cinquième au prochain semestre. Qatar Airways pour sa part, compte assurer à terme des liaisons régulières vers Casablanca, Marrakech, Fès et Agadir.

N.D.

 

 

 

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte