Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Aéronautique : le groupe AEMI duplique son site tunisien au Maroc

, , , ,

Publié le

Spécialisé dans l'usinage de pièces mécaniques d’aérostructures ou d’équipements de vol, le groupe AEMI vient d'inaugurer une usine à Ouled Salah , jumelle dans son principe de celle qu'il possède déjà en Tunisie.

Aéronautique : le groupe AEMI duplique son site tunisien au Maroc
Le groupe AEMI produit des pièces complexes notamment dans le secteur des équipements militaires, aéronautiques, spatiaux et médicaux
© agb

Le Maghreb convient bien à AEMI. Après s'être implanté en Tunisie en 2007, le groupe de PME basé à Mérignac (Gironde) renouvelle son expérience. Il vient de s'installer, fin 2013, au Maroc pour fabriquer des pièces mécaniques aéronautiques. L'usine, dont l'investissement sera à terme de "plusieurs millions d'eurosest située dans le parc industriel d'Ouled Salah.

Le Maroc priorité du groupe

Situé à 20 km de Casablanca, ce parc a été créé par la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc (CFCIM) en partenariat avec le ministère du Commerce et la commune.  Il propose des terrains industriels en bail à construction de longue durée ou des bâtiments industriels.

Le groupe AEMI qui réalise au total une vingtaine de millions d'euros de chiffre d'affaires est spécialisé dans l'usinage, l'assemblage et la conception de pièces mécaniques (matériaux ferreux et non ferreux).

Qu'est-ce qui motive la décision du petit groupe girondin de créer AGB Maroc (AGBM)? "La proximité vis-à-vis de la France. De plus, nous avions besoin d'un backup compte tenu du fait que notre site AGBI en Tunisie a atteint le terme de son développement. Le printemps tunisien a précipité notre décision de s'implanter au Maroc." explique Eric Roubinet directeur commercial du groupe. (photo).

30 à 35 machines à l'horizon 2016

Concernant son équipement en machines au Maroc, l'usine s'est dotée essentiellement de centres d'usinage 3,4 ou 5 axes. "Nous avons aujourd'hui 5 machines. Une sixième en transit devrait arriver sous peu. Nous prévoyons de porter ce nombre de 30 à 35 machines à l'horizon 2016," précise Eric Roubinet.

La vocation du site est fixée sur l'usinage par fraisage de pièces mécaniques dans la gamme dimensionnelle de 500x500x500  mm à des tarifs "low cost".

Et l'emploi ? "En terme d'effectifs, nous employons aujourd'hui 6 salariés à temps complet. A cela s'ajoute un groupe d'une quinzaine de stagiaires en alternance." Pour choisir et former ces stagiaires, le groupe AEMI s'appuie sur l'Institut des métiers de l'aéronautique (IMA),situé à Nouaceur près de l'aéroport de Casablanca.

Un groupe sensible au low cost maghrébin
AEMI est spécialisé dans l'usinage de pièces mécaniques aéronautique. Installé en Gironde à Mérignac, siège du groupe et sa principale filiale AGB (une centaine de personnes) et travaille pour Thalès, Safran ou Dassault. En 2012, AEMI a réalisé 17 millions d'euros de chiffre d'affaires et prévoit 20 millions d'euros en 2013. Il dispose d'un site au Portugal (80 personnes) et un, AGBI, en Tunisie (120 personnes). OMNES Capital (ex Crédit Agricole Private Equity) a investi en 2012, via le fonds LCL Régions Développement 1,5 million d’euros dans le capital du groupe aux côtés de Dominique Guichené, Président et jusque là unique actionnaire qui a conservé la majorité.
A l'horizon 2016, il est aussi anticipé que le site marocain emploie le même effectif que celui de la Tunisie, situé à Sousse, soit environ 120 salariés.

Au cours de sa première année de démarrage, AEMI  prévoit que sa nouvelle filiale réalise un chiffre d'affaires d'environ 1,5 million d'euros et il vise 4 à 5 millions d'euros d'ici à 2016.

Au Maroc, le groupe aéronautique girondin va travailler pour certains de ses clients historiques. « Pour Thales et Safran (via Sagem), nous fournissons principalement des boîtiers et pièces usinés destinés aux équipements d’avionique, de commandes électriques ou d’électronique embarquée." illustre notre interlocuteur.

Des démarches plus simples en Tunisie

Avant de monter en puissance "nous travaillons avec Bureau Veritas pour obtenir la certification aéronautique EN 9100 du site vers la fin de l'année. Une certification que nous avons déjà dans nos unités en Tunisie et au Portugal. Celle-ci est le ticket d'entrée pour pouvoir travailler dans l'aéronautique auprès des donneurs d'ordre," rappelle Eric Roubinet.

Bien placé pour comparer les coûts et les conditions d'installation entre la Tunisie et le Maroc, Eric Roubinet estime que "la main d'œuvre et le foncier sont globalement plus chers d'environ 10% au Maroc. Les démarches administratives et douanières sont aussi plus complexes qu'en Tunisie," selon lui.

Nasser Djama

 


 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle