Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Aéro Maintenance Aquitaine (AMA) prend son envol

, , , ,

Publié le

Spécialisée dans le traitement de surfaces aéronautiques, cette jeune société, basée à Estillac, près de l'aéroport d'Agen (Lot-et-Garonne), va inaugurer ses nouveaux locaux le 8 novembre.

Aéro Maintenance Aquitaine (AMA) prend son envol
Le hangar du site d'Estillac dispose d’un système de chauffage, d’aspiration, pompe électrostatique et de tous les moyens industriels permettant la peinture complète d’un aéronef complet dans les règles de l’art.
© Aéro Maintenance Aquitaine (AMA)

Aéro Maintenance Aquitaine dispose désormais d’un hangar de 2 800 mètres carrés capable d’accueillir des avions ATR, Airbus A320 et Boeing 737. C’était une demande de l’un de ses principaux clients, Aircelle Safran, fabricant de capots de moteurs d'avions. Deux cabines de peinture en atmosphère contrôlée, avec contrôle d’hygrométrie viennent également d’être construites à proximité.

Pour réaliser les aménagements nécessaires dans le hangar, AMA a bénéficié d’une aide de 2 millions d’euros d’Immo CCI, la branche immobilière de la Chambre de commerce et d’industrie du Lot-et-Garonne. Robert Wasilewski, président de cette entreprise, qu’il a créé en janvier 2011, quant à lui, a investi 1,5 million d’euros dans le projet et 1 million d’euros au capital. L’homme est connu dans le milieu. "J’ai 45 ans d’expérience dans le métier", rappelle celui qui a fondé Aéro Technique Espace (ATE) en 1968, aujourd’hui sous le pavillon du numéro 1 européen, l'Anglais Air Livery.

Un million d’euros de chiffre d’affaires après un an d’activité

Les débuts d’AMA, qui emploie 15 salariés, sont prometteurs. En une année d’activité, la société a réalisé 1 million d’euros de chiffre d’affaires. Et, elle vient de décrocher les précieux agréments 9 100 et 9 001, nécessaires pour devenir sous-traitant de première ligne. En misant sur le marché de l’occasion des moyens porteurs, de type ATR ou A 320, en plein essor, "dès l’an prochain, nous devrions doubler notre chiffre d’affaires", indique Robert Wasilewski.

Nicolas César
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle