ADP veut engager des négociations avec les syndicats pour adapter son organisation

PARIS (Reuters) - Le gestionnaire d'aéroports Groupe ADP a proposé jeudi aux organisations syndicales d'engager des négociations en vue d'adapter le temps de travail et les effectifs alors que le groupe est confronté à la chute du trafic aérien liée à la pandémie de coronavirus.
Partager
ADP veut engager des négociations avec les syndicats pour adapter son organisation
Le gestionnaire d'aéroports Groupe ADP a proposé jeudi aux organisations syndicales d'engager des négociations en vue d'adapter le temps de travail et les effectifs alors que le groupe est confronté à la chute du trafic aérien liée à la pandémie de coronavirus. /Photo prise le 19 mai 2020/REUTERS/Charles Platiau

"Suite à la pandémie et aux bouleversements durables qu'elle va entraîner, le Groupe ADP doit s'adapter pour passer d'un modèle d'accompagnement de la croissance à un modèle de gestion d'une situation dans laquelle les activités et les investissements seront réduits", a-t-il dit dans un communiqué.

A l'occasion d'un comité social d'entreprise extraordinaire qui s'est tenu ce jeudi, le groupe indique avoir proposé aux représentants des salariés d'engager des négociations "en vue d'adapter le modèle économique et social de la maison-mère ADP".

Le groupe souhaite obtenir un accord sur une activité partielle de longue durée (APLD) ainsi qu'un accord de performance collective (APC). Il souhaite aussi mettre en oeuvre un dispositif de rupture conventionnelle collective (RCC).

"Face à une crise exceptionnelle par sa brutalité et son ampleur, nous nous donnons trois ans, jusqu'en 2023, pour remettre l'entreprise sur le chemin de la croissance rentable et durable", a dit le PDG d'ADP, Augustin de Romanet, cité dans le communiqué.

Le groupe estime que le rétablissement du trafic aérien sera "très progressif", avec un retour au niveau de celui de 2019 attendu entre 2024 et 2027.

ADP exploite les aéroports d'Orly et Roissy-CDG.

Le 26 juin dernier, son PDG, Augustin de Romanet, n'avait pas exclu des suppressions d'emplois liées à l'épidémie de coronavirus et annoncé que les investissements du groupe seraient divisés par deux.

(Blandine Hénault, édité par Jean-Stéphane Brosse)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

09 - DEPARTEMENT DE L'ARIEGE

Calibrage de l'accotement végétalisé sur la RD1 A

DATE DE REPONSE 18/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS